(Washington) Nouveau rebondissement dans l’enquête sur l’assaut du Capitole : en raison de ses multiples échanges avec Donald Trump ce jour-là, le chef des républicains à la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, a reçu jeudi une injonction à témoigner devant la commission chargée d’enquêter sur les évènements du 6 janvier 2021.

Publié le 12 mai
Agence France-Presse

Cette commission parlementaire, composée à majorité de démocrates, cherche à faire la lumière sur les faits et gestes exacts de Donald Trump avant et pendant l’assaut du Capitole, lors duquel des milliers de partisans de l’ancien dirigeant ont marché sur le siège du Congrès américain pour tenter de bloquer la certification de l’élection de Joe Biden.

« Kevin McCarthy était en communication avec le président Trump avant, pendant et après l’attaque du 6 janvier », détaille la commission pour justifier cette injonction.

« M. McCarthy a également affirmé avoir eu une discussion avec le président immédiatement après l’assaut, au cours de laquelle le président Trump a reconnu une certaine forme de responsabilité dans cette attaque », poursuit-elle dans un communiqué.

Quatre autres républicains de la Chambre, dont l’élu Jim Jordan, connu pour ses outrances et sa fidélité absolue à Donald Trump, sont visés par ces injonctions à témoigner.

La commission dite du « 6 janvier » a déjà entendu des centaines de témoins, dont Ivanka Trump, la fille de l’ancien président, et l’époux de cette dernière, Jared Kushner, tous deux proches conseillers de Donald Trump lorsqu’il était à la Maison-Blanche.

Elle veut à tout prix terminer son travail avant les élections législatives de mi-mandat, en novembre. Si les démocrates perdent le contrôle de la Chambre lors du scrutin, la commission risque d’être dissoute par les républicains. Elle prévoit de tenir des auditions publiques en juin.

Le New York Times a par ailleurs rapporté jeudi que des procureurs fédéraux menaient une enquête supervisée par un grand jury sur la gestion par Donald Trump de certains de ses documents officiels, qu’il est accusé d’avoir délibérément négligés ou déplacés.

Certains de ces documents, depuis récupérés par les Archives nationales, ont été remis à la commission du « 6 janvier ».

En parallèle, une foule d’agents fédéraux s’attelle à une énorme enquête pour retrouver les individus ayant directement participé à l’assaut du Capitole.

À ce jour, quelque 810 personnes ont été arrêtées et la majorité ont été inculpées, selon des données dévoilées jeudi par le ministère américain de la Justice.

La majorité des personnes mises en cause, qui se sont apparemment contentées de déambuler dans le bâtiment, sont poursuivies pour des délits mineurs, comme violation d’une interdiction d’entrée ou troubles à l’ordre public.

280 accusés ont plaidé coupable.