(Miami) La ville américaine de Miami Beach a décidé d’imposer un couvre-feu nocturne en fin de semaine, pour endiguer une vague de violences par arme à feu au moment où affluent les étudiants en Floride pour les vacances universitaires de printemps.

Publié le 22 mars
Agence France-Presse

Des responsables municipaux ont voté la mesure mardi soir après deux fusillades qui ont fait cinq blessés ces derniers jours dans cette ville du sud-est des États-Unis.

Ces « cinq personnes atteintes par balle auraient tout à fait pu être cinq personnes tuées » par balle, a dit le maire Dan Gelber lors d’une réunion précédant l’approbation du couvre-feu.

La mairie avait déjà indiqué qu’elle l’adopterait lundi.

« Nous ne pouvons plus supporter » la situation, avait alors dit M. Gelber.

Le couvre-feu, qui couvre la zone la plus fréquentée de la station balnéaire dont la célèbre artère Ocean Drive, durera de minuit à 6 h, chaque nuit, à partir de mercredi soir et jusqu’à lundi matin. Les autorités prévoient de le renouveler la semaine prochaine.

L’année dernière, la ville avait déjà imposé un couvre-feu et interdit aux bars de vendre de l’alcool après 2 h du matin, et la police avait interpellé plus d’un millier de fêtards pour troubles à l’ordre public.

Pour éviter la répétition de ces incidents, la police a renforcé ses effectifs et ses patrouilles. Elle a saisi 37 armes à feu en trois jours, a indiqué lundi le chef de la police.

Chaque année au printemps, une foule de jeunes fêtards, notamment des étudiants, investit le front de mer de Miami Beach pour des fêtes alcoolisées qui durent jusqu’au bout de la nuit et peuvent rapidement dégénérer.

Le « Spring Break » à Miami fait partie de l’imaginaire collectif de générations d’étudiants, mais ces dernières années les habitants semblent de plus en plus dérangés par la situation, en dépit de l’indéniable apport à l’économie locale.