(Washington) Le président américain Joe Biden se rendra jeudi 3 février à New York pour évoquer un sujet sur lequel il ne s’est pas beaucoup exprimé depuis le début de son mandat : la criminalité et plus particulièrement la violence par armes à feu.

Publié le 26 janvier
Agence France-Presse

Aux côtés du nouveau maire de la ville, l’ancien policier Eric Adams, le démocrate veut exposer sa stratégie « pour lutter contre la violence par armes à feu », selon un communiqué de la Maison-Blanche.

Joe Biden vantera « des financements d’un montant historique pour les villes et les États, afin de déployer plus de policiers et d’investir dans des programmes locaux de prévention et d’intervention », selon ce communiqué.

PHOTO CARLO ALLEGRI, REUTERS

Ce début d’année a été marqué à New York par plusieurs épisodes de violence par arme à feu. Une fusillade dans le quartier de Harlem en fin de semaine dernière a causé la mort de deux policiers.

Le président, régulièrement attaqué par la droite américaine qui lui reproche de ne pas s’intéresser à la criminalité, promet aussi une action fédérale « renforcée » contre « le trafic illégal d’armes ».

Ce début d’année a été marqué à New York par plusieurs épisodes de violence par arme à feu.  

Une fusillade dans le quartier de Harlem en fin de semaine dernière a causé la mort de deux policiers.

Au total, cinq policiers — dont les deux intervenus à Harlem — ont été touchés par des tirs d’arme à feu dans la mégapole de près de 9 millions d’habitants depuis le 1er janvier.

Outre les attaques contre les policiers, la plus grande ville américaine a été confrontée à une série d’actes violents qui ont créé un vif émoi ces derniers jours, par exemple la mort d’une Portoricaine de 19 ans, abattue par un braqueur le 14 janvier dans un restaurant-minute où elle travaillait.

Eric Adams, un démocrate de l’aile droite du parti et ancien policier, veut agir avec plus de fermeté contre la prolifération des armes à feu.

« La sécurité est la plus haute priorité de mon administration et nous nous réjouissons d’avoir l’occasion de montrer au président Biden comment les autorités locale et fédérale peuvent se coordonner et s’entraider dans ce combat pour la sécurité des New-Yorkais », a-t-il commenté mercredi dans un communiqué.

Joe Biden a pour sa part pris une série de décrets depuis son élection pour tenter de répondre en particulier au trafic illégal d’armes à feu.

Mais le président démocrate a une marge de manœuvre réduite, faute notamment de majorité claire et nette au Sénat pour passer de grandes réformes sur le sujet.

Selon une étude publiée en juin dernier par l’institut Pew Research, 30 % des Américains disent posséder une arme à feu.