(Washington) Comment faire campagne pour des élections législatives à haut risque quand on est englué dans de mauvais sondages et paralysé au Congrès ? Joe Biden a malgré tout tenté jeudi de trouver un nouveau souffle, après un an à la Maison-Blanche.

Mis à jour le 20 janvier
Aurélia END Agence France-Presse

« Parfois, cela semble plus long » qu’une année, a blagué le président, lors d’une réunion par visioconférence avec le parti démocrate, destinée à mobiliser avant les élections législatives « cruciales » de mi-mandat à l’automne prochain.

Joe Biden avait entamé cette journée anniversaire avec l’équipe chargée de superviser les dépenses de 1200 milliards de dollars que les États-Unis vont engager pour leurs infrastructures décaties.

Ce programme gigantesque — qui a l’indéniable avantage politique de se décliner à l’infini ou presque en annonces de réfection de routes, pose de canalisations et déploiement de réseau internet — est un rare succès dans une présidence qui traverse une mauvaise passe.

C’est aussi un sujet consensuel, dans une Amérique qui semble parfois ne plus pouvoir s’entendre sur rien, puisque la loi a même été votée par quelques parlementaires républicains.

Tom Hanks

Marteler les réussites en matière d’économie et de lutte contre la COVID-19, recalibrer les promesses, aller davantage au contact de la population : voilà la stratégie adoptée par le démocrate de 79 ans.

Mais nous sommes aux États-Unis, et il fallait bien une petite touche hollywoodienne pour cette journée anniversaire : les partisans de Joe Biden ont recruté Tom Hanks pour narrer, dans un clip de deux minutes avec force musique et images émouvantes, les réussites du président et la « résilience » de l’Amérique, « le pays des braves ».  

Sur Twitter, la Maison-Blanche a diffusé des témoignages vidéos immanquablement enthousiastes d’Américaines et Américains ayant bénéficié de mesures de relance de Joe Biden — un écolier, un commerçant, un livreur, trois femmes afro-américaines représentant trois générations d’une même famille.

Mais cette opération de communication elle-même révèle les désillusions de la présidence Biden.  

L’un des témoignages vient en effet d’un père de famille qui explique avoir été grandement soulagé par un crédit d’impôt aux familles.

Or ce crédit d’impôt a pris fin, parce que Joe Biden n’a pas réussi à faire voter une grande réforme sociale et environnementale, d’un montant de 1750 milliards de dollars, faute de majorité suffisante au Sénat.

Même scénario pour une grande loi devant protéger l’accès des Afro-Américains au vote. Deux sénateurs démocrates ont rejoint le camp républicain lors d’un vote crucial au Sénat jeudi soir, condamnant le projet.

Joe Biden a toutefois promis de sauver de « larges pans » de son programme social et environnemental, et assuré qu’il ne baisserait pas les bras en matière de réforme électorale.

Ukraine

Il ne peut pas se permettre d’échouer une nouvelle fois, surtout après avoir choisi, comme axe de campagne, d’éreinter une opposition républicaine selon lui dénuée de programme, et qui se contente de faire de l’obstruction.

« Ces gars, ils ne sont “ pour ” rien », a critiqué Joe Biden lors de sa réunion avec le parti démocrate. « Quel est leur programme ? » a-t-il demandé.

Reste à voir si les républicains, sur lesquels l’ancien président Donald Trump a encore beaucoup d’influence, ont réellement besoin d’un programme détaillé, au moment où les Américains sont excédés par une inflation record et une nouvelle vague de la pandémie.  

Joe Biden se débat avec une cote de confiance anémique, estimée à environ 43 % dans la majorité des sondages.

Et sa tentative mercredi de reprendre la main avec une conférence de presse marathon a buté, comme souvent, sur sa tendance aux gaffes et aux digressions parfois confuses.

Il a dû clarifier jeudi une formulation sur la possibilité d’une incursion « mineure » de la Russie en Ukraine, adjectif qui a suscité l’indignation de Kiev.  

Disant avoir été « absolument clair » avec Vladimir Poutine, le président américain a déclaré : « Si un groupe d’unités russes traverse la frontière de l’Ukraine, c’est une invasion. »

La Maison-Blanche s’est par ailleurs employée à déminer d’autres déclarations, qui semblaient questionner à l’avance la légitimité des élections législatives de l’automne.