(Washington) Ivanka Trump, la fille préférée de l’ancien président américain, a été invitée jeudi à témoigner devant la commission parlementaire qui cherche à faire la lumière sur le rôle de Donald Trump dans l’attaque contre le Capitole.

Mis à jour le 20 janvier
Camille CAMDESSUS Agence France-Presse

C’est la première fois qu’un membre de la famille Trump est invité directement à coopérer à l’enquête sur les évènements du 6 janvier 2021.  

La commission parlementaire a adressé une lettre jeudi à celle qui fut une proche conseillère de Donald Trump lorsqu’il était à la Maison-Blanche.

Le groupe d’élus y souligne qu’Ivanka Trump semble avoir eu une connaissance directe de la tentative de son père de persuader le vice-président de l’époque, Mike Pence, d’arrêter le comptage des votes des grands électeurs.

C’est ce comptage, qui actait formellement la défaite de Donald Trump à la présidentielle de 2020, que des partisans de l’ancien président avaient interrompu en forçant l’entrée du Congrès américain, des images suivies avec stupeur à travers le monde.

PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Ancienne habituée des soirées mondaines de New York, Ivanka Trump, 40 ans, est devenue après l’élection de 2016 l’une des plus proches conseillères de son père, alimentant les accusations de népotisme à l’égard du président.

« La commission souhaite discuter de toute conversation dont vous auriez été témoin ou à laquelle vous auriez participé concernant le projet du président d’entraver ou d’empêcher le décompte des votes des grands électeurs », détaille dans cette lettre l’élu Bennie Thompson, à la tête de la commission.

« L’une des discussions du président avec le vice-président a eu lieu par téléphone le matin du 6 janvier », poursuit-il. « Vous étiez présente dans le bureau ovale et avez observé au moins une partie de cette conversation téléphonique. »

Dans cette missive de huit pages, le groupe d’élus demande aussi à Ivanka Trump de reconstituer ses activités le jour de l’émeute et de donner un aperçu des mesures prises — ou non — par la Maison-Blanche ce jour-là.

Il lui propose « un rendez-vous le 3 ou 4 février ».

Ambitions politiques

Ancienne habituée des soirées mondaines de New York, Ivanka Trump, 40 ans, est devenue après l’élection de 2016 l’une des plus proches conseillères de son père, alimentant les accusations de népotisme à l’égard du président.

Son mari Jared Kushner était lui aussi conseiller à la Maison-Blanche, chargé de dossiers sensibles comme le processus de paix au Proche-Orient.

Dans un communiqué transmis à plusieurs médias américains, la porte-parole d’Ivanka Trump a accusé réception de la lettre des enquêteurs, tout en soulignant que cette dernière n’avait « pas parlé lors des manifestations du 6 janvier ».  

La fille de l’ancien président, à qui l’on soupçonne des ambitions politiques, n’a toutefois pas fait savoir si elle prévoyait effectivement de témoigner auprès de la commission.

Ce groupe composé principalement d’élus démocrates cherche à établir la responsabilité de Donald Trump et de son entourage dans l’assaut du siège du Congrès.

D’autres proches de Donald Trump, comme son ancien chef de cabinet Mark Meadows, ont déjà été visés par des assignations à comparaître. Mais fidèles aux injonctions de l’ancien président, qui qualifie la commission de « partisane », ils ont refusé de coopérer.

La commission avance malgré tout à marche forcée. Elle a dit avoir déjà entendu près de 400 témoins.

Il y a de fait urgence : elle souhaite à tout prix publier ses conclusions avant les élections de mi-mandat, en novembre 2022. Si les démocrates perdent le contrôle de la Chambre lors du scrutin, elle risque d’être dissoute par les républicains.