(Washington) Un premier cas du variant Omicron a été confirmé aux États-Unis chez un individu entièrement vacciné revenant d’Afrique du Sud, ont annoncé mercredi les autorités sanitaires américaines.

Publié le 1er déc. 2021
Agence France-Presse

Cette personne, qui a été déclarée positive en Californie, « présentait des symptômes légers en cours d’amélioration », ont indiqué les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) dans un communiqué.  

« Toutes les personnes en contact proche (avec cette personne) ont depuis été déclarées négatives », ont-ils ajouté, en précisant que le voyageur infecté était revenu d’Afrique du Sud le 22 novembre, soit deux jours avant que ce pays ne signale l’apparition du nouveau variant.  

Il a ensuite été déclaré positif lundi 29 novembre, avant que le génome du virus ne soit séquencé.

« Nous savons ce que nous avons à faire pour protéger la population : faites-vous vacciner si vous ne l’êtes pas déjà, faites votre rappel si vous avez été vacciné », a appelé le Dr Anthony Fauci, conseiller de la Maison-Blanche en matière de santé, peu après l’annonce.

Déjà une vingtaine de pays

Omicron a déjà été détecté dans une vingtaine de pays, et la confirmation de sa présence aux États-Unis n’était « qu’une question de temps », a jugé dans un communiqué Jeff Zients, coordinateur de la lutte contre la pandémie à la Maison-Blanche.  

Washington a interdit depuis lundi l’entrée sur le territoire américain des voyageurs arrivant de huit pays d’Afrique australe. Cette mesure est critiquée par ces pays, mais aussi le chef de l’ONU.

« Nous voyons cela comme une mesure temporaire », a déclaré M. Fauci, répétant qu’elle avait été instaurée afin de gagner du temps pour se préparer face au nouveau variant. « Personne ne pense […] qu’une interdiction de voyage empêchera des personnes infectées de rentrer aux États-Unis », a-t-il ajouté.

Pour le moment, tous les adultes étrangers entrant aux États-Unis doivent être vaccinés, mais aussi avoir été testés négatif dans les trois jours avant de prendre l’avion. Les Américains de retour de l’étranger doivent également être testés, trois ou un jour avant leur départ selon leur statut vaccinal.  

Le gouvernement américain souhaite réduire le délai à un seul jour pour tous. Il envisage également des mesures de tests obligatoires après l’arrivée, et de quarantaine, qui sont pour le moment seulement recommandées.

Omicron a été classé comme « préoccupant » par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Il inquiète les experts, car il présente de nombreuses mutations qui sont susceptibles de le rendre plus contagieux, ou davantage résistant à l’immunité conférée par les vaccins. Des études sont en cours pour déterminer si c’est effectivement le cas, et dans quelle mesure, mais les premiers résultats ne devraient être disponibles que dans les prochaines semaines.