(Houston) Des esclaves nouvellement libérés s’y étaient installés à la fin du 19e siècle et avaient bâti de leurs mains leurs maisons : Freedmen’s Town, un quartier de Houston chargé d’histoire, vient d’être classé au patrimoine de cette ville du sud des États-Unis.

François PICARD Agence France-Presse

Mercredi, à l’issue du vote du conseil municipal, le maire afro-américain de la plus grande ville du Texas, Sylvester Turner, a affirmé ne pouvoir imaginer « meilleur jour que Juneteenth pour partager cette bonne nouvelle ».

« Juneteenth », contraction des mots « juin » et « 19 » en anglais, commémore le 19 juin 1865, jour où les derniers esclaves de Galveston, à environ 80 kilomètres de Houston, apprenaient qu’ils étaient libres, plus de deux ans après la Proclamation d’émancipation signée par le président Abraham Lincoln. Joe Biden vient de consacrer ce jour d’hommage en lui donnant le statut de jour férié fédéral.

Freedmen’s Town fut érigé dans la foulée de cet évènement lorsqu’informés de leur libération, des centaines d’anciens esclaves avaient quitté les plantations du Texas et de Louisiane pour commencer une nouvelle vie à Houston, dont le port était en plein développement.

« Ils se sont installés sur la rive sud du Buffalo Bayou. Il s’agissait de bois et de marécages dont personne ne voulait, mais qu’ils ont réussi à rendre habitables », explique sur place à l’AFP Charonda Johnson, vice-présidente de l’association Freedmen’s Town.

Maisons et rue pavée

Au début du 20e siècle, ses milliers d’habitants, ses plus de 400 commerces, restaurants, clubs de jazz et de blues, ainsi que les chants de gospel qui s’échappent de ses églises valent au quartier le surnom de « Harlem du sud », référence au quartier new-yorkais noir qui se développe à la même époque.

Les jolies maisons en bois se multiplient à l’époque, grâce au savoir-faire des charpentiers et ouvriers qui ont érigé celles des grands propriétaires de plantations.

Devant l’ancienne habitation, en piteux état, d’un révérend charismatique de l’époque, Zion Escobar, directrice exécutive de Houston Freedmen’s Town Conservancy, s’enthousiasme du coup de projecteur que le classement du quartier offre au travail qu’elle a commencé il y a trois ans, à la naissance de l’association.

PHOTO FRANCOIS PICARD, AGENCE FRANCE-PRESSE

Zion Escobar

Freedmen’s Town est en effet le premier quartier de Houston à bénéficier de ce statut, qui permettra de mettre en valeur sa riche histoire.

Cette ingénieure de 36 ans, qui a grandi dans la région, énumère les mille projets qui attendent le quartier.

Parmi eux, des rénovations de maisons et de voirie, la création d’ici un an d’un centre pour accueillir le public et proposer des visites guidées, le développement d’une application de réalité augmentée ou le dépôt d’une candidature pour que le quartier soit inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, une rareté au Texas.

Au cœur du quartier, sur à peine un demi-kilomètre carré, se concentrent des églises, maisons ou cimetières à visiter, ainsi qu’une rue pavée de briques rouges, dont la disposition rend hommage aux traditions religieuses des Yoruba, un peuple d’Afrique de l’Ouest.

Mettre en valeur l’histoire

« Les habitants ont dû signer des pétitions pour obtenir que la rue soit pavée et une partie d’entre eux a participé à la pose des briques en 1914 », explique Zion Escobar à l’ombre salvatrice d’un arbre qui la protège de la chaleur accablante.

En 2014, moins sensible qu’aujourd’hui à ce patrimoine, « le conseil municipal avait voté l’enlèvement des briques », se désole Charonda Johnson en montrant la photo d’une militante allongée au sol pour stopper les travaux.

Un juge a finalement permis leur préservation et on peut aujourd’hui cheminer sur ces pavés historiques en observant les gratte-ciels du centre-ville à un jet de pierre.

Si quelques familles noires louent encore leur logement dans le quartier, la plupart ont dû partir au fil des décennies, chassées notamment par la hausse des prix.

Cependant, précise Zion Escobar, « la population actuelle, aux origines plutôt diverses, a vraiment à cœur de mettre en valeur cette histoire noire ».

Freedmen’s Town devrait en outre bientôt constituer l’une des dernières étapes d’un projet de « chemin de l’émancipation », qui sera géré par le service fédéral des Parcs nationaux.

Actuellement à l’état d’étude, cet itinéraire d’environ 82 kilomètres reliant Galveston à Houston permettra de découvrir « ce que sont devenues ces personnes après qu’elles ont reçu leur liberté », explique Zion Escobar.

« Les parcs nationaux mettent assez peu en avant l’histoire noire », regrette-t-elle. Or, « ils sont en partie là pour cela, pour reconnaître que cela fait partie de notre histoire nationale ».