(New York) La liberté d’expression a beau être sacrée et protégée par la Constitution américaine, on n’appelle pas impunément à tuer des élus américains sur les réseaux sociaux : c’est ce qu’a décidé mercredi un jury populaire new-yorkais, après une semaine d’audiences qui ont ravivé le souvenir de l’attaque du Capitole du 6 janvier.

Catherine TRIOMPHE
Agence France-Presse

Brendan Hunt, alias « X-Ray Ultra », employé des tribunaux de 37 ans, était accusé d’avoir « menacé de tuer » des élus du Congrès américain-dont les leaders démocrates Nancy Pelosi, Chuck Schumer et la jeune Alexandria Ocasio-Cortez (AOC) — avec « l’intention d’interférer dans l’exercice de leurs fonctions » ou « de se venger de les avoir remplies ».  

Il a été déclaré coupable après trois heures de délibérations à peine. Il risque jusqu’à 10 ans de prison lors du prononcé de sa peine prévu le 22 juin.

Brendan Hunt était mis en cause pour des messages postés sur divers réseaux : le premier, daté du 6 décembre 2020, sur Facebook, appelait Donald Trump, alors président, à organiser « une exécution publique de Pelosi, AOC, Schumer, etc » et à « descendre ces communistes ». « Si vous ne le faites pas, les citoyens le feront. »

Le dernier datait du 8 janvier dernier, deux jours après l’attaque contre le Capitole par des partisans de Donald Trump, qui rejetaient la certification de la victoire de Joe Biden à la présidentielle. Brendan Hunt avait alors posté une vidéo de 88 secondes sur la plateforme BitChute, prisée de l’extrême droite, intitulée « Kill your senators » (Tuez vos sénateurs), dans laquelle il disait, face caméra : « Il faut que nous retournions au Capitole, et cette fois qu’on vienne avec nos armes… Ce que vous devez faire, c’est vous armer, aller à Washington, probablement pour l’investiture […] et leur mettre des balles dans la tête. »

C’est cette vidéo qui lui a valu d’être jugé coupable par le jury, a indiqué un porte-parole des procureurs après le verdict.

Simples « diatribes » ?

Après l’« insurrection » du 6 janvier, le FBI déploie tous azimuts ses filets pour arrêter les émeutiers. Parmi les milliers d’appels reçus alors par la police fédérale, l’un l’alerte de l’existence de cette vidéo.

Brendan Hunt, fils d’un juge retraité qui se présente comme acteur, musicien et journaliste, est arrêté le 19 janvier, veille de l’investiture de Joe Biden, à son domicile du quartier new-yorkais du Queens.  

Mais les agents ne trouvent chez lui ni armes, ni preuve de participation ou de communication avec un groupe extrémiste. Et les procureurs reconnaissent que M. Hunt n’était ni au Capitole ni même à Washington.  

Alors, les menaces de cet homme qui citait « Mein Kampf » dans un texto et disait que Donald Trump devait prendre le pouvoir « comme Hitler » étaient-elles sérieuses, avait-il vraiment l’intention d’attaquer les élus ?

Les avocates commises d’office affirmaient que non, qu’il s’agissait de simples « diatribes », d’opinions qu’il avait parfaitement « le droit de dire », « aussi choquantes soient-elles », en vertu du premier amendement de la Constitution américaine. Ses propos étaient d’autant moins sérieux, selon elles, que l’accusé avait des problèmes d’alcool, comptait tout juste 99 abonnés à sa chaîne vidéo.

Une des avocates, Leticia Olivera, avait argué dans sa plaidoirie mardi que « personne ne prenait » ses messages au sérieux, et qu’il avait lui-même retiré sa vidéo sur BitChute dès le lendemain, après plusieurs critiques d’internautes dont la dernière le traitait de « clown ».

Mais retrait ou pas, « le premier amendement ne protège pas » de telles menaces, avait rétorqué mercredi le procureur David Kessler dans son réquisitoire.  

« Le gouvernement n’a pas besoin de prouver que l’accusé a essayé de tuer » un élu, le seul fait de « proférer la menace est un délit », avait-il souligné. Même si elle est lancée sur les réseaux sociaux, et non adressée directement aux personnes visées, a-t-il ajouté.  

Pour bien faire sentir aux jurés que la menace était « réelle », les procureurs avaient rejoué pendant le procès une vidéo de l’attaque du Capitole, et cité comme témoin un policier du Capitole, qui a témoigné de la journée « surréaliste » du 6 janvier.

Le verdict sera-t-il contesté, dans un pays où le premier amendement est sacro-saint ? « Je suis sûr qu’en appel, la question de la liberté d’expression sera soulevée », a indiqué à l’AFP Dimitriy Shakhnevich, professeur de droit pénal à l’université de la ville de New York.  

Plus de 400 personnes ont été arrêtées par le FBI aux États-Unis pour avoir participé à l’attaque du Capitole. Ce procès fédéral était le premier à évoquer ces évènements.