(Miami) Une école privée de Miami a interdit à ses enseignants de se faire vacciner contre la COVID-19, en brandissant des arguments non fondés selon lesquels le contact avec des personnes vaccinées serait nocif pour les enfants.

Agence France-Presse

Leila Centner, cofondatrice de la Centner Academy, a récemment écrit une lettre au personnel dans laquelle elle affirme que les enseignants vaccinés ne seront pas autorisés à approcher les enfants. À ceux qui n’ont pas encore reçu l’injection, elle demande de ne pas le faire jusqu’à la fin de l’année scolaire.

PHOTO MARTA LAVANDIER, ASSOCIATED PRESS

Une activiste antivaccin, Leila Centner, cofondatrice de la Centner Academy, a récemment écrit une lettre au personnel dans laquelle elle affirme que les enseignants vaccinés ne seront pas autorisés à approcher les enfants. À ceux qui n’ont pas encore reçu l’injection, elle demande de ne pas le faire jusqu’à la fin de l’année scolaire. L’école s’est donné le titre de « The Brain school » (l’école du cerveau).

« Des informations récentes ont récemment émergé selon lesquelles des personnes non vaccinées ont été affectées de manière négative par des interactions avec des personnes vaccinées » assure Mme Centner, une affirmation fausse selon les scientifiques et qui a été réfutée par plusieurs experts.

« Il n’y a aucune preuve selon laquelle la vaccination ferait en sorte que la personne transmette le virus Sars-CoV-2 », déclare Jamie Scott, professeure émérite qui a travaillé sur l’immunologie moléculaire à l’université Simon Fraser du Canada.

« C’est en fait impossible, puisque tous les vaccins font que les cellules produisent seulement la protéine de pointe et aucune autre composante du virus », a dit l’experte à AFP Factuel, l’équipe de vérifications des faits de l’AFP.

Fausses informations sur les fausses couches

Leila Centner ajoute dans sa lettre que des « milliers » de cycles menstruels ont été affectés par le vaccin et que ce dernier a provoqué une augmentation de « 366 % » de fausses couches, ce qui n’est corroboré par aucune preuve.

Leila Centner s’appuie pour faire ces allégations sur un article publié sur « The Daily Expose », classé comme média promouvant des « théories du complot et de pseudo-science », selon mediabiasfactcheck.com, qui suit et évalue le sérieux et la fiabilité des médias.

AFP Factuel avait aussi réfuté cette allégation dans un article récent.

« Il n’existe aucun élément suggérant un risque accru de fausses couches lié aux vaccins anti-COVID-19 », avait indiqué l’agence sanitaire britannique, citée dans cet article.

L’école privée indiquait déjà sur son site avant la pandémie qu’il n’était pas obligatoire pour ses élèves d’être vaccinés.