(Washington) Joe Biden va officiellement reconnaître le génocide arménien cette semaine, affirment des médias américains, au risque d’une détérioration des relations avec la Turquie dont le président a adressé jeudi une mise en garde à ceux qui propagent un « mensonge ».

Agence France-Presse

Le président démocrate devrait faire cette annonce le 24 avril, date qui marque le début des massacres d’Arméniens par l’Empire ottoman en 1915, pendant la Première Guerre mondiale, indiquent le New York Times et le Wall Street Journal.  

Si cela se confirme, il sera le premier président américain à le faire.

M. Biden pourrait toutefois encore changer d’avis au sujet de cette décision ultra-sensible, selon les deux journaux.

Le génocide arménien est reconnu par une trentaine de pays et la communauté des historiens. Selon les estimations entre 1,2 million et 1,5 million d’Arméniens ont été tués pendant la Première Guerre mondiale par les troupes de l’Empire ottoman, alors allié à l’Allemagne et à l’Autriche-Hongrie.

Mais Ankara refuse l’utilisation du terme « génocide » et récuse toute velléité d’extermination, évoquant des massacres réciproques sur fond de guerre civile et de famine ayant fait des centaines de milliers de morts dans les deux camps.

Sans citer les États-Unis, le président turc Recep Tayyip Erdogan a d’ailleurs adressé une mise en garde voilée à ce sujet.

Lors d’une réunion avec des conseillers jeudi, M. Erdogan « a indiqué qu’il continuerait de défendre la vérité contre ceux qui soutiennent le mensonge du soi-disant “génocide arménien” […] à des fins politiques », a déclaré la présidence turque.

Le Congrès américain avait reconnu le génocide arménien en décembre 2019 lors d’un vote symbolique. Le texte avait été défendu par des sénateurs des deux bords, mais avait été bloqué à plusieurs reprises par des alliés républicains de Donald Trump.

Au début de son mandat, ce dernier avait qualifié le massacre des Arméniens en 1915 comme « une des pires atrocités de masse du XXe siècle », se gardant d’employer le terme de « génocide ».