(Washington et Bruxelles) Joe Biden a demandé mardi à Vladimir Poutine de « faire baisser les tensions » en Ukraine, ajoutant sa voix aux messages de fermeté adressés par les Occidentaux face aux démonstrations de force de la Russie.

Francesco FONTEMAGGI et Christian SPILLMANN
Agence France-Presse

Le président américain « a souligné le soutien inébranlable des États-Unis à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine », a indiqué la Maison-Blanche, relatant une conversation téléphonique entre les deux dirigeants.

Devant l’accumulation de troupes russes à la frontière ukrainienne, des consultations d’urgence ont eu lieu mardi à Berlin puis à l’OTAN.

Washington a annoncé une première mesure avec l’envoi « dès cet automne » de 500 militaires supplémentaires en Allemagne, par la voix du secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, après une réunion à Berlin avec son homologue allemande Annegret Kramp-Karrenbauer.

« Le renforcement militaire considérable de la Russie est injustifié, inexplicable et profondément préoccupant », a averti de son côté le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, après avoir reçu à Bruxelles le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba.

Le responsable ukrainien, qui s’est également entretenu avec son homologue américain Antony Blinken, a exhorté les Occidentaux à « décourager Moscou de toute nouvelle escalade, notamment en faisant comprendre que le coût de toute nouvelle aventure militaire serait trop élevé ».

Arrivé dans la capitale belge dans le cadre de ce ballet diplomatique, le secrétaire d’État américain a aussi évoqué cette crise avec le chef de la diplomatie de l’Union européenne Josep Borrell. Les deux hommes ont exprimé leur « profonde inquiétude » sur les mouvements de troupes russes, selon un communiqué européen.

MM. Blinken et Austin doivent s’entretenir mercredi, depuis Bruxelles, à une réunion par visioconférence avec leurs homologues des pays de l’Alliance atlantique.

Sommet en pays tiers

Ces tensions sur le dossier ukrainien viennent encore alourdir la relation entre Washington et Moscou en ces premiers mois du mandat de Joe Biden.  

Adepte d’une diplomatie franche et directe, le président démocrate n’avait pas hésité le mois dernier à qualifier son homologue de « tueur ».

Lors de leur conversation mardi, Joe Biden a proposé à Vladimir Poutine un sommet dans un pays tiers « dans les prochains mois », selon la Maison-Blanche.

Les deux dirigeants sont convenus de « poursuivre le dialogue » pour garantir la sécurité mondiale, a dit le Kremlin.

Mais Moscou a aussi accusé mardi l’OTAN de mener des activités « menaçantes », et a soutenu avoir été contraint de « prendre les mesures appropriées ».

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a précisé avoir transféré en trois semaines « deux armées et trois unités de troupes aéroportées aux frontières ouest de la Russie pour des exercices ». Il n’a pas précisé le lieu de ce déploiement.  

80 000 soldats

L’Ukraine craint que le Kremlin ne cherche un prétexte pour l’attaquer. Kiev a accusé la Russie d’avoir massé plus de 80 000 soldats près de sa frontière orientale et en Crimée, annexée par Moscou en 2014, après l’arrivée de pro-Occidentaux au pouvoir à Kiev.

« Il y a plus de troupes russes massées à la frontière qu’à aucun moment depuis 2014, lors de la première invasion russe », avait souligné dimanche Antony Blinken.

Moscou a de son côté mis en garde l’OTAN et les États-Unis contre le risque de transformer l’Ukraine en « poudrière » avec le soutien apporté au renforcement des capacités de défense de Kiev.

Dans leur rapport annuel sur les menaces contre les États-Unis, les services de renseignement américains ont estimé que la Russie allait « poursuivre ses efforts de déstabilisation contre l’Ukraine », mais qu’elle ne voulait pas d’un « conflit direct » avec Washington.

Les combats sur le front ukrainien, qui étaient quasiment à l’arrêt depuis une trêve conclue à l’été 2020, ont repris avec intensité ces dernières semaines.

« L’OTAN est aux côtés de l’Ukraine », a réaffirmé Jens Stoltenberg. « Son soutien est bien concret. Il ne s’agit pas de simples paroles », a-t-il assuré. L’Alliance aide ainsi l’Ukraine à moderniser et à renforcer sa sécurité et sa défense.

Il est resté en revanche prudent dans sa réponse à l’appel du président ukrainien Volodymyr Zelensky d’accélérer l’adhésion de son pays à l’OTAN afin d’envoyer un « vrai signal » à la Russie.

« Les trente alliés décideront à quel moment l’Ukraine remplit les conditions pour adhérer », a-t-il déclaré. « L’Ukraine a le droit de choisir sa voie. Personne n’a le droit de s’ingérer dans ce processus », a-t-il toutefois lancé à l’adresse de Moscou.