(Washington) Le président américain Joe Biden a déploré lundi la mort « tragique » d’un jeune Noir, Daunte Wright, tué la veille par la police lors d’un contrôle routier, tout en appelant les manifestants à rester « pacifiques » après une première nuit d’échauffourées.

Agence France-Presse

« Ce qu’il s’est passé » dimanche à Brooklyn Center, une banlieue de Minneapolis, « est vraiment tragique mais je pense qu’il faut attendre de voir ce que nous dira l’enquête », a-t-il déclaré aux journalistes dans le bureau ovale.

PHOTO COMPTE TWITTER DE BEN CRUMP

Daunte Wright.

« En attendant, je veux le redire clairement : il n’y a absolument aucune justification, aucune, aux pillages », a-t-il ajouté.

« Les manifestations pacifiques sont compréhensibles », a souligné Joe Biden.

La région est déjà sous haute tension puisque c’est à Minneapolis que se déroule le procès de Derek Chauvin, le policier blanc accusé du meurtre de George Floyd l’an dernier.

PHOTO BRENDAN SMIALOWSKI, AGENCE FRANCE-PRESSE

« Ce qu’il s’est passé » dimanche à Brooklyn Center, une banlieue de Minneapolis, « est vraiment tragique mais je pense qu’il faut attendre de voir ce que nous dira l’enquête », a-t-il déclaré aux journalistes dans le bureau ovale.

« Et le fait est que nous savons que la colère, la douleur, la souffrance qui existent chez les personnes noires dans ce contexte est réelle, sérieuse et importante », a poursuivi le président démocrate.

« Mais cela ne justifie pas la violence », a-t-il pris soin de souligner. « Nous devrions écouter la mère de Dante, qui appelle à la paix et au calme. »

Interrogé sur le procès de Derek Chauvin, Joe Biden a dit avoir « espoir qu’il y aura un verdict et une issue qui seront soutenus par une vaste majorité des habitants de la région ». « C’est ce à quoi je m’attends. »

Couvre-feu à Minneapolis

Le maire de Minneapolis a décrété un couvre-feu pour lundi soir après les échauffourées qui ont suivi la mort dimanche de Daunte Wright.

« Nous devons avoir la paix ce soir », a affirmé Jacob Frey, en décrétant un couvre-feu de 19 h à 6 h. Le couvre-feu sera également en vigueur à St-Paul, la ville-jumelle de Minneapolis et dans les trois comtés de l’agglomération, ont précisé le maire de St-Paul et le gouverneur du Minnesota.

Le chef de la police de Brooklyn Center a affirmé lundi qu’une policière avait confondu son arme de service avec son pistolet à impulsion électrique lorsqu’elle a tiré dimanche sur Daunte Wright, âgé de 20 ans.

Le Taser, ou pistolet à impulsion électrique, est une arme censée être moins létale qu’une arme à feu.

« C’est un tir accidentel qui a entraîné la mort tragique de M. Wright », a ajouté le chef de la police, qui a diffusé les images de son arrestation.

Joe Biden a jugé cette vidéo « assez choquante ».

PHOTO KEREM YUCEL, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le décès de Daunte Wright a ravivé la colère dans la grande ville des États-Unis, qui s’était embrasée après la mort de George Floyd, le 25 mai, sous le genou du policier blanc Derek Chauvin.

« La question est : s’agit-il d’un accident ou était-ce délibéré ? Cela reste à éclaircir grâce à une enquête complète », a estimé le locataire de la Maison-Blanche.

Le décès de Daunte Wright a ravivé la colère dans la grande ville des États-Unis, qui s’était embrasée après la mort de George Floyd, le 25 mai, sous le genou du policier blanc Derek Chauvin.

Des manifestants sont à nouveau descendus dans les rues et des échauffourées nocturnes ont eu lieu autour du poste de police de Brooklyn Center.

Le sport professionnel en pause

Les Twins du Minnesota ont annoncé lundi le report du match prévu en soirée contre les Red Sox de Boston

« Par respect pour les évènements tragiques qui se sont produits hier à Brooklyn Center et dans l’attente de détails supplémentaires par rapport à cette situation évolutive, nous avons décidé qu’il est dans le meilleur intérêt de nos fans, de notre personnel, de nos joueurs et de notre communauté de ne pas jouer le match d’aujourd’hui », indique le communiqué du club de baseball.

« La décision a été prise en consultation avec le Baseball majeur et les autorités locales. Les Twins du Minnesota présentent leurs condoléances à la famille de Daunte Wright », est-il ajouté.

Le match de basketball entre Minnesota et Brooklyn a aussi été reporté.

Le maire a finalement décrété un couvre-feu et des soldats de la Garde nationale ont été déployés pour ramener le calme. Une nouvelle manifestation est prévue lundi soir.

Le juge refuse de séquestrer le jury

Dans ce climat tendu, l’avocat de Derek Chauvin a demandé lundi matin au juge Peter Cahill, qui préside ce procès historique, de placer immédiatement les jurés à l’écart pour empêcher qu’ils ne subissent des pressions.

« Je comprends qu’il y ait des troubles civils » mais « je ne crois pas que cela soit un motif d’inquiétude supplémentaire », a répondu le magistrat. « Le huis clos sera ordonné pour le jury à compter de lundi (prochain), jour où l’on attend les dernières plaidoiries », a-t-il ajouté.

L’accusation a ensuite entamé l’interrogatoire d’un cardiologue, pour qui George Floyd a « fait un arrêt cardiaque en raison d’un manque d’oxygène » lié à la position dans laquelle les policiers l’ont maintenu le 25 mai.

Ce jour-là, Derek Chauvin a appuyé pendant près de dix minutes avec son genou sur le cou du quadragénaire noir plaqué au sol et menotté. Son avocat Eric Nelson soutient toutefois qu’il n’a pas causé la mort de George Floyd et que ce dernier a succombé à une overdose combinée à des faiblesses cardiaques.

Le cardiologue Jonathan Rich expliquant au jury le fonctionnement des poumons durant son témoignage au procès de Derek Chauvin.

« Après vérification des faits, je peux affirmer avec un haut niveau de certitude médicale que George Floyd n’a pas fait de crise cardiaque simple ni d’overdose », a rétorqué lundi Jonathan Rich, en jugeant que sa mort était « évitable ».

PHOTO REUTERS

Le cardiologue Jonathan Rich expliquant au jury le fonctionnement des poumons durant son témoignage au procès de Derek Chauvin.

« Fils à maman »

Un frère de George Floyd s’est ensuite présenté à la barre en vertu d’une règle propre à la justice du Minnesota, baptisée « l’étincelle de vie », qui autorise l’accusation à convoquer des témoins pour présenter aux jurés la personnalité de la victime.

Photos de famille à l’appui, Philonise Floyd a retracé, très ému, l’amour de son frère pour les sandwichs banane/mayonnaise, pour le sport et pour leur mère, disparue en 2018. C’était « un fils à maman », a-t-il confié des sanglots dans la voix.

Un professeur de droit, spécialisé dans l’usage de la force par les policiers, doit être le dernier témoin de l’accusation, avant qu’elle ne cède la place à la défense.

En dehors du tribunal, les appels à réformer les forces de l’ordre américaines ont de nouveau retenti.

La puissante organisation de défense des droits civiques ACLU a estimé que la mort de Daunte Wright était un nouvel « exemple écœurant de violences policières ». Soulignant que 260 personnes sont mortes aux mains des forces de l’ordre depuis le début de l’année, elle a ajouté : « il est plus que temps d’agir avec des mesures concrètes ».

« Que faudra-t-il pour que les forces de l’ordre arrêtent de tuer les gens de couleur ? », a renchéri l’avocat Ben Crump qui représente la famille Floyd et désormais aussi celle de M. Wright.

« Écœurant »

En dehors du tribunal, le nouveau drame a suscité un émoi bien au delà de Minneapolis.

« Nous sommes tristes d’apprendre la perte d’une nouvelle vie aux mains des forces de l’ordre », a commenté la porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki, en évoquant « la peine, la colère, le traumatisme et l’épuisement ressentis par de nombreuses communautés de notre pays ».

La puissante organisation de défense des droits civiques ACLU a elle condamné un nouvel « exemple écœurant de violences policières » en rappelant que plus de 260 personnes sont mortes aux mains des forces de l’ordre depuis le début de l’année.

Sur place, le gouverneur du Minnesota, Tim Walz, a dit suivre « la situation de près ». « Notre État pleure encore une fois la perte de la vie d’un homme noir aux mains des forces de l’ordre », a-t-il tweeté.

Le maire de Brooklyn Center a fait le parallèle entre les deux dossiers. « Cela n’aurait pas pu arriver à un pire moment », a déclaré Mike Elliott. « Le monde entier regarde notre communauté qui est bouleversée depuis la mort de George Floyd, et anxieuse depuis le début du procès de Derek Chauvin ».

Aux États-Unis, les policiers sont rarement condamnés pour des violences commises dans le cadre de leurs fonctions et de nombreux habitants de Minneapolis appréhendent le verdict, attendu d’ici deux semaines environ. Si le policier n’est pas condamné, ils craignent de nouvelles émeutes.