(New York) La société de machines électorales Dominion Voting Systems a attaqué vendredi en diffamation la chaîne Fox News pour avoir relayé des théories complotistes affirmant que les machines de l’entreprise étaient truquées pour désavantager Donald Trump à la présidentielle américaine de 2020.

Agence France-Presse

Dominion Voting Systems réclame quelque 1,6 milliard de dollars la chaîne conservatrice d’informations.

C’est la deuxième plainte en diffamation contre Fox News, déjà attaquée début février pour des motifs similaires par une autre société de machines électorales, Smartmatic. Cette plainte réclame 2,7 milliards de dollars à la chaîne du magnat des médias Rupert Murdoch.

Dominion a également déjà attaqué l’avocat de Donald Trump et ex-maire de New York Rudy Giuliani, et une autre avocate de l’ex-président américain, Sidney Powell, pour quelque 1,3 milliard de dollars chacun.

PHOTO JACQUELYN MARTIN, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Rudy Giuliani et Sidney Powell

Dans la plainte déposée vendredi devant le tribunal supérieur du Delaware, longue de 139 pages, la société accuse Fox News d’avoir « répété et diffusé des mensonges dévastateurs, à la fausseté vérifiable, sur Dominion ».

Pour satisfaire son audience pro-Trump déçue par sa défaite, « Fox a transformé une étincelle en un incendie de forêt », ajoute la plainte, qui met en cause plusieurs des présentateurs de la chaîne – Sean Hannity, Tucker Carlson, Lou Dobbs, Jeanine Pirro et Maria Bartiromo.  

PHOTO RICHARD DREW, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

L’animateur Tucker Carlson

Dominion « est en droit de toucher des réparations punitives », au vu du « désir conscient de Fox de lui causer du tort ». « Les mensonges ont des conséquences », a indiqué l’un des avocats de la société, Stephen Shackelford, dans un communiqué.

L’entreprise réclame plus de 1,6 milliard de dommages et intérêts, dont un milliard correspondant selon elle à la perte de valeur de la société, et 600 millions en profits perdus.

Comme lors de la plainte déposée par Smartmatic, Fox News s’est dit, via une porte-parole, « fiers de notre couverture de l’élection 2020, dans la grande tradition du journalisme américain, et nous nous défendrons vigoureusement au tribunal contre cette action sans fondement », a indiqué une porte-parole de la chaîne.

La chaîne a aussi fait valoir qu’elle avait diffusé fin novembre 2020 une interview avec un représentant de Dominion, Michael Steel, dans laquelle il explique comment fonctionnent les machines électorales et déboute toutes les théories complotistes de trucage comme « physiquement impossible ».