(Washington) Le président américain Joe Biden a annoncé mercredi que les États-Unis souhaitaient acheter 100 millions de doses supplémentaires du vaccin anti-COVID-19 de Johnson & Johnson, ce qui doublerait leur commande à l’entreprise pharmaceutique.

Agence France-Presse

« Vacciner les Américains est la seule façon de vaincre la pandémie », a déclaré M. Biden à l’issue d’une rencontre avec les dirigeants de Johnson & Johnson et d’un autre groupe américain, Merck, qui ont annoncé la semaine dernière avoir passé un accord pour produire ce vaccin.

Les États-Unis ont déjà passé des commandes suffisantes pour recevoir d’ici fin mai assez de doses pour vacciner l’ensemble des adultes américains. Mais le locataire de la Maison-Blanche a insisté sur la nécessité de se préparer à d’éventuels contretemps.

« Nous avons besoin d’une flexibilité maximale. […] Beaucoup de choses peuvent se passer, nous devons être prêts », a-t-il martelé.

« Si nous avons un surplus, nous le partagerons avec le reste du monde », a-t-il encore dit.

Johnson & Johnson, dont le vaccin a été autorisé fin février en urgence par les autorités sanitaires américaines et qui ne nécessite qu’une seule injection, s’était déjà engagé à livrer 100 millions de doses aux États-Unis.

Cette commande supplémentaire pourrait permettre de compenser d’éventuels problèmes de production des deux autres vaccins autorisés dans le pays, ceux de l’alliance Pfizer/BioNTech et de Moderna, auxquels le gouvernement américain a commandé 300 millions de doses chacun.

Ces deux derniers vaccins nécessitent l’injection de deux doses par personne.