(Washington) Face à l’afflux de mineurs non accompagnés à la frontière sud des États-Unis, l’administration du démocrate Joe Biden a rouvert une structure d’accueil temporaire où se trouvaient mardi plus de 200 adolescents, selon le secrétaire de la Santé.

Agence France-Presse

Le nouveau président, qui a promis de mener une politique migratoire « saine et humaine », renoue ici avec l’une des politiques les plus controversées de son prédécesseur, Donald Trump : le maintien en rétention de mineurs.

Le centre, situé à Carrizo Springs au Texas, était initialement destiné à l’accueil de travailleurs du pétrole et a servi pour héberger des jeunes migrants pendant un mois, en juillet 2019, sous l’administration du républicain.

Confronté à « une hausse des arrivées » de mineurs isolés et aux limites placées sur les structures durables par la pandémie de COVID-19, la nouvelle administration l’a rouvert le 22 février et 214 adolescents, âgés de 13 à 17 ans, s’y trouvaient mardi, a précisé le ministère dans un communiqué.

Le nombre de migrants mineurs arrivés seuls à la frontière avec le Mexique était tombé à un plus bas, 741, en avril 2020 et n’a cessé de remonter depuis pour s’établir à 5871 en janvier.

Ces arrivées représentent « un défi mais nous y faisons face », a assuré lundi le secrétaire de la Sécurité intérieure Alejandro Mayorkas, en niant l’existence d’une crise à la frontière.

PHOTO ALEJANDRO A. ALVAREZ, AP

Alejandro Mayorkas

L’ouverture du centre de Carrozo, qui dispose d’une capacité totale de 700 places, a fait tiquer des défenseurs des droits des migrants. « Cela ne peut pas devenir un statu quo », a notamment estimé Amnistie internationale.  

Dans un entretien ce week-end, Joe Biden a espéré pouvoir le refermer rapidement.

Le secrétaire de la Santé compte accélérer le processus de vérification des « sponsors », généralement des membres de la famille, à qui les mineurs étrangers isolés peuvent être remis. Cela permettrait de réduire la durée de leur séjour dans les structures d’accueil et d’éviter leur engorgement si les arrivées restent élevées.