(Washington) Les essais de la version modifiée du vaccin de Moderna développée spécifiquement contre le variant sud-africain du coronavirus démarreront mi-mars aux États-Unis, a déclaré vendredi le Dr Anthony Fauci, conseiller de la Maison-Blanche.  

Agence France-Presse

« Nous allons conduire des essais de phase 1, qui commenceront mi-mars », a déclaré l’immunologue lors d’une conférence de presse de l’équipe de la Maison-Blanche chargée de la crise de la COVID-19, dont il fait partie.  

Les essais de phase 1 ne sont menés que sur un petit nombre de personnes, ici 210 au total, selon un document projeté par le Dr Fauci durant son intervention.

Il ne s’agira pour le moment pas de « regarder l’efficacité, mais seulement la sécurité et l’immunogénicité » du produit, c’est-à-dire sa capacité à provoquer une réaction immunitaire, a précisé M. Fauci.  

PHOTO SAUL LOEB, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le Dr Anthony Fauci

Moderna avait annoncé mercredi que sa nouvelle formule était prête pour les tests et avait été envoyée aux Instituts nationaux de santé américains (NIH) pour une étude clinique.

Les essais seront menés sur deux groupes : des personnes ayant été vaccinées il y a un an dans le cadre de la phase 1 du vaccin initial de Moderna, et sur des volontaires n’ayant pas été vaccinés ni infectés par le virus.  

Plusieurs options seront testées. La nouvelle formule (appelée mRNA-1 273 351) sera injectée à 30 personnes comme troisième dose.  

L’effet de l’injection d’une troisième dose du vaccin initial sera également étudié sur 30 autres personnes.

Sur les personnes non préalablement vaccinées (au nombre de 150), « différentes combinaisons » entre le vaccin initial et la nouvelle version seront testées, selon le document projeté.  

Moderna avait présenté mercredi plusieurs stratégies, comme utiliser une dose unique combinant la nouvelle formule et le vaccin initial, ou bien utiliser l’un ou l’autre comme première puis seconde dose.  

L’annonce de ces essais n’« entraîne pas un engagement à produire 300, 600 millions de doses de ce vaccin », a prévenu le Dr Fauci. Il s’agit plutôt d’une « précaution » pour que les choses soient « démarrées » en cas de besoin.

Même si les tests sont concluants, « tout va dépendre des dynamiques et de quels autres variants pourraient devenir dominants » dans le pays.

Pour l’instant, il est attendu que ce soit le variant britannique qui se retrouve majoritaire aux États-Unis, d’ici la mi-mars.

Le variant sud-africain est considéré par les scientifiques comme l’un des plus préoccupants car il a montré qu’il pouvait en partie contrer les défenses immunitaires développées après une infection par le virus souche ou après l’injection d’un vaccin.