(Washington) Le chef des sénateurs républicains Mitch McConnell a accusé samedi Donald Trump d’être « responsable » de l’assaut meurtrier du Capitole, juste après avoir voté pour l’acquitter lors de son procès historique au Sénat.

Agence France-Presse

« Il n’y a aucun doute, aucun, que le président Trump est, dans les faits et moralement, responsable d’avoir provoqué les évènements de cette journée » du 6 janvier, a déclaré l’influent sénateur.

Il a dans le même discours justifié son vote en faveur de l’acquittement, disant estimer que le Sénat n’est pas compétent pour juger un ex-président.

Les émeutiers ont agi ainsi « car l’homme le plus puissant de la planète les avait nourris de mensonges », en refusant sa défaite lors de la présidentielle du 3 novembre, a-t-il asséné. « Parce qu’il était en colère. Il avait perdu une élection. »

« Les actes de l’ex-président Trump avant l’émeute ont constitué un manquement honteux, honteux, à ses devoirs », a poursuivi Mitch McConnell dans un long discours.

Juste avant l’ouverture du dernier jour du procès, samedi matin, ce fin stratège jusque-là resté très discret sur ses intentions avait fait savoir qu’il voterait l’acquittement du milliardaire républicain.  

Une « décision difficile », avait-il affirmé, qui a sans doute grandement pesé dans le vote final, compte tenu de son influence considérable sur son groupe parlementaire. Il aurait fallu que 17 républicains votent avec les sénateurs démocrates pour obtenir une condamnation.  

Au bout du compte, sept républicains ont voté pour, une rupture remarquable pour ce parti d’ordinaire très uni au Sénat.  

Mitch McConnell a pris soin de souligner que si Donald Trump ne pouvait selon lui pas être jugé au Sénat car il est désormais un « simple citoyen », le magnat de l’immobilier pouvait en revanche être poursuivi en justice.

« Il est encore responsable de tout ce qu’il a fait pendant qu’il était en fonctions. Il n’a encore échappé à rien du tout », a dit Mitch McConnell.

Proche allié de Donald Trump au cours de ses quatre ans de mandat, le sénateur ne s’est pas entretenu avec lui depuis qu’il a reconnu la victoire de son rival démocrate Joe Biden, à la mi-décembre.