(Washington) Un survivant d’une fusillade dans une école secondaire de Floride en 2018, aujourd’hui militant contre les armes à feu, a décidé de voler dans les plumes du patron de l’entreprise d’oreillers MyPillow, ardent partisan de Donald Trump, en créant une entreprise concurrente.

Agence France-Presse

David Hogg, 20 ans, est un rescapé de la tuerie de l'école secondaire de Parkland, en Floride, qui avait fait 17 morts en 2018. Étudiant à Harvard, il est devenu un représentant emblématique de la lutte pour la limitation des armes individuelles.

L’idée de l’entreprise, qui ne possède pas encore de nom officiel, a démarré avec un tweet jeudi de William LeGate, entrepreneur venu du secteur technologique, qui proposait à David Hogg de « mettre MyPillow en faillite ».

« Aujourd’hui on a lancé une entreprise d’oreillers, demain on change le monde », a déclaré l’étudiant, qui commentait dans la journée sur Twitter ses recherches d’usines de fabrication d’oreillers aux États-Unis.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE TWITTER DE DAVID HOGG

David Hogg

L’entreprise MyPillow est l’un des leaders de la vente d’oreillers aux États-Unis. Son fondateur et actuel patron, le très médiatique Mike Lindell, se retrouve souvent au cœur de la controverse pour ses prises de position en faveur de Donald Trump.

Surnommé « le gars de MyPillow », il est ainsi fréquemment invité sur les plateaux de médias conservateurs où il répète à l’envi qu’une fraude électorale massive a porté Joe Biden au pouvoir lors de l’élection présidentielle de 2020.

Le 15 janvier dernier, Mike Lindell était à la Maison-Blanche pour rencontrer le président américain et son équipe d’avocats. Selon le média en ligne The Daily Beast, il y aurait évoqué des théories du complot concernant l’élection présidentielle, et suggéré le remplacement de la directrice de la CIA par un fidèle de Donald Trump.

Mike Lindell a été banni de Twitter vendredi dernier, après avoir utilisé son compte pour répéter ses accusations sans fondement de fraude électorale. Ayant ensuite essayé de tweeter depuis le compte de MyPillow, c’est l’entreprise elle-même qui a été bannie mardi de la plateforme.

Très actif sur son compte Twitter, David Hogg est quant à lui régulièrement la cible de conservateurs.

« C’est un lâche », a déclaré ainsi Marjorie Taylor Greene, la très controversée élue républicaine au Congrès sanctionnée jeudi par ses pairs, dans une vidéo datant de 2019, où on la voit suivre David Hogg pendant plusieurs minutes.