(Los Angeles) La ville de San Francisco a annoncé mercredi qu’elle attaquait en justice son propre district scolaire afin de le contraindre à rouvrir les écoles publiques, fermées depuis près de onze mois en raison de la pandémie de COVID-19.

Agence France-Presse

Le procureur de San Francisco, Dennis Herrera, a déposé plainte auprès d’un tribunal de la ville en arguant du fait que le district scolaire et ses dirigeants, élus et indépendants de la mairie, n’avaient pas mis en place un plan de réouverture conforme aux règles de l’État de Californie.

« Pas un seul élève des écoles publiques de San Francisco n’a mis le pied dans une classe en 327 jours », a-t-il déploré lors d’une conférence de presse.

« Plus de 54 000 écoliers de San Francisco souffrent. Ils sont en train d’être transformés en “Zoom-bies” avec l’école via internet. Ca suffit comme ça », a poursuivi le procureur.

Il est soutenu dans son action par la maire de la ville, London Breed. « Ce n’est pas la voie que nous voulions privilégier, mais rien n’importe davantage à présent que de pouvoir remettre nos enfants à l’école », a-t-elle déclaré sur Twitter.

Les écoles de San Francisco ont reçu l’autorisation de rouvrir depuis septembre dernier, relève M. Herrera dans un communiqué, affirmant que près de 90 % des écoles du comté voisin de Marin ont déjà recommencé à assurer des cours en présence des élèves.  

À San Francisco même, 113 écoles privées, indépendantes et religieuses – « l’écrasante majorité » d’entre elles – ont rouvert et restent ouvertes, ajoute-t-il.

À San Francisco comme à Los Angeles et dans de nombreuses grandes villes américaines, les syndicats d’enseignants sont réticents à retourner dans les établissements tant qu’ils n’ont pas été vaccinés, malgré la pression croissante du public et des autorités.

Le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, a ainsi affirmé mercredi que les écoles pouvaient rouvrir leurs portes dès lors que les mesures sanitaires appropriées étaient mises en œuvre.

« Il y a de plus en plus de données suggérant que les écoles peuvent rouvrir en sécurité, et que cette réouverture n’implique pas que les enseignants doivent être vaccinés au préalable », a de son côté déclaré Rochelle Walensky, directrice des Centres de lutte contre les maladies (CDC), autorité sanitaire au niveau fédéral.