(Washington) Une journée d’investiture à nulle autre pareille à Washington : c’est dans une capitale désertée, quadrillée par l’armée, que Joe Biden et Kamala Harris prêteront serment et deviendront mercredi président et vice-présidente des États-Unis.

Agence France-Presse

Les habitants de Washington sont invités à rester chez eux pour suivre virtuellement la cérémonie d’investiture du 46e président des États-Unis, afin de ne prendre aucun risque avec l’épidémie de COVID-19.

Ils en seraient de toute façon dissuadés par le gigantesque déploiement de forces de sécurité dans une capitale barricadée et meurtrie par l’assaut du 6 janvier contre le Capitole.

L’autre grand absent des cérémonies sera le président sortant Donald Trump. Lorsque Joe Biden prêtera serment, il aura quitté Washington, rompant la tradition d’un transfert du pouvoir pacifique et courtois.

Mar-a-Lago

Le milliardaire républicain sera certainement déjà dans son club de Mar-a-Lago, en Floride, lorsque Joe Biden pénétrera à midi dans l’amphithéâtre provisoire bâti tous les quatre ans sur les marches du Capitole. Il a prévu de quitter Washington tôt mercredi.

« À tous ceux qui ont demandé, je n’assisterai pas à la cérémonie d’investiture le 20 janvier », avait-il fait savoir laconiquement dans un de ses derniers tweets avant que le réseau social ne le bannisse indéfiniment.

Il est le premier président depuis Andrew Johnson en 1869 à refuser d’assister à la prestation de serment de son successeur.

La tradition veut que le président sortant et la première dame accueillent le nouveau couple présidentiel le matin de l’investiture et que tous se rendent ensuite au Capitole.

Donald Trump est aussi, depuis l’assaut donné par ses supporteurs contre le bâtiment du Congrès, un président indésirable à Washington, ville qui lui est profondément hostile.

En rupture avec lui, le vice-président Mike Pence sera présent.

La Garde nationale dans les rues

Depuis cette « insurrection », selon Joe Biden, contre le Congrès, temple de la démocratie américaine, la capitale fédérale est transformée en camp retranché.

Plus de 20 000 gardes nationaux, des réservistes de l’armée, y patrouillent en armes. Des clôtures grillagées ont été érigées et des blocs de béton disposés pour protéger des monuments comme la Maison-Blanche et le Capitole, ou pour boucler des axes entiers.

Pour les vétérans de la guerre d’Irak, le centre-ville a des allures de la zone verte de Bagdad.

Le « National Mall », immense esplanade menant du Lincoln Monument au Capitole, sera fermé au public. C’est là que des centaines de milliers d’Américains se massent traditionnellement pour saluer leur nouveau président.

À la place, un « champ de drapeaux » de près de 200 000 étendards représentera les citoyens qui n’ont pu faire le déplacement.

La police américaine a multiplié les mises en garde et affirmé que les menaces de nouvelles attaques armées de la part de groupes d’extrême droite étaient réelles. Elle sera sur les dents pendant cette journée historique.

La pandémie

Le nouveau président avait déjà prévu une cérémonie d’investiture largement virtuelle pour éviter qu’elle ne se transforme en vaste de lieu de contamination à la COVID-19.  

Dès le début de son mandat, il veut marquer sa différence avec Donald Trump dont les partisans refusent le port du masque sanitaire et la plupart des mesures de protection contre l’épidémie.

L’avènement du nouveau président sera donc plus que jamais un moment télévisuel. Après la prestation de serment, Joe Biden prononcera le traditionnel discours d’investiture dans lequel il insistera sur la nécessité de réconcilier les Américains.

La vedette de la musique pop Lady Gaga chantera le Star-Spangled Banner, l’hymne national américain, et une prestation musicale sera effectuée par la vedette latina Jennifer Lopez.

Dans l’après-midi, il a prévu de déposer une gerbe sur la tombe du Soldat inconnu au cimetière d’Arlington avec trois de ses prédécesseurs et leurs épouses : George W. et Laura Bush, Bill et Hillary Clinton, Barack et Michelle Obama.

Sur le chemin du retour, le cortège du 46e président américain s’arrêtera à quelques centaines de mètres de la Maison-Blanche et Joe Biden pourrait se rendre à pied jusqu’à sa nouvelle résidence.

Il pourrait alors annoncer ses premières décisions présidentielles, dont il a déjà donné un aperçu, avec une série de décrets pour donner une première impulsion.

En lieu et place des traditionnels bals et concerts qu’enchaînent habituellement le couple présidentiel à Washington, la soirée se passera à la télévision, avec une émission spéciale animée par l’acteur Tom Hanks et qui verra Joe Biden et Kamala Harris s’exprimer à l’écran.