(Columbia) L’élu à la Chambre des représentants Tom Rice, qui s’est caché dans un bureau tandis que les émeutiers envahissaient le Capitole la semaine dernière, a reconnu jeudi que son vote pour destituer le président Donald Trump pourrait lui coûter la réélection en tant que républicain conservateur, mais a déclaré que l’inaction de Donald Trump pour calmer la foule ne lui laissait pas d’autre choix.

Meg Kinnard
Associated Press

M. Rice représente un district de Caroline du Sud farouchement fidèle à Donald Trump. Pourtant, mercredi soir, le membre du Congrès a été l’un des 10 républicains à se joindre aux démocrates pour voter pour destituer le président Trump, dans un renversement de sa position tenue quelques jours plus tôt.

Les rares votes républicains pour faire de Donald Trump le premier président à être destitué par la Chambre des représentants à deux reprises ont provoqué des explosions de colère et des mises en garde concernant un prix politique pour avoir brisé les rangs avec le président Trump.

En entrevue avec l’Associated Press, M. Rice a déclaré qu’il était finalement arrivé à la conclusion que l’« inaction » de Donald Trump lors de l’émeute de la semaine dernière au Capitole ne lui laissait qu’une seule voie claire : la destitution.

Dissimulé dans le bureau d’un autre membre du Congrès tandis que des fidèles du président prenaient d’assaut le Capitole, M. Rice a déclaré qu’il regardait les nouvelles à la télévision et, supposant que le président Trump voyait les mêmes images violentes, se demandait pourquoi il ne s’était pas adressé à la nation pour exhorter au calme et implorer ses partisans de mettre un terme à l’attaque.

« Je ne peux pas imaginer un autre président dans ma vie qui n’aurait pas essayé d’intervenir, n’aurait pas essayé de dire : “Hé, cela doit cesser et vous devez rentrer chez vous” », a déclaré M. Rice à l’AP.

« De croire qu’il était assis à regarder la télévision, à regarder ces policiers être tabassés, et le Capitole être pris d’assaut, et qu’il n’a pas agi avec détermination… en sortant et en essayant de parler à ces gens lui-même, c’est juste au-delà de mon imagination. »

Quelques heures plus tôt dans la journée, Donald Trump avait appelé, lors d’un rassemblement à Washington, les mêmes partisans à « se battre comme des diables » contre la certification de la victoire présidentielle du démocrate Joe Biden.

Mercredi, M. Rice s’est joint aux démocrates pour soutenir l’acte d’accusation d’« incitation à l’insurrection » contre le président à la Chambre des représentants.

« J’ai été avec ce président à travers toutes les épreuves. Je l’ai soutenu dans sa campagne », a déclaré M. Rice. « Cela me fait mal au cœur. »

Extrêmement fidèle à Trump

Parmi les membres moins connus de la délégation de la Caroline du Sud, M. Rice était depuis longtemps un soutien fiable du président, faisant campagne avec lui et, selon le site FiveThirtyEight, votant 94 % du temps en faveur d’une législation soutenue par Donald Trump — le pourcentage le plus élevé parmi la délégation de la Caroline du Sud.

Dans sa seule primaire depuis sa première élection en 2012, M. Rice a gagné avec 84 % des voix. Il a été réélu chaque fois en obtenant au moins 56 % des suffrages exprimés.

Certains disent que la décision de M. Rice mercredi pourrait revenir le hanter contre des rivaux à une primaire républicaine en 2022, alors qu’il envisage de briguer un sixième mandat. M. Rice représente le 7e district de Caroline du Sud, une région comprenant Myrtle Beach qui a voté fortement pour Donald Trump.

Dans le comté de Horry en Caroline du Sud, la présidente du Parti républicain, Dreama Perdue, a déclaré que son téléphone ne dérougissait pas depuis le vote de M. Rice, des électeurs en colère exprimant leur frustration face à ce que beaucoup ont qualifié de trahison.

Le président du « GOP » en Caroline du Sud, Drew McKissick, a déclaré qu’il était « profondément déçu » par M. Rice. Et Matt Moore, le prédécesseur de M. McKissick, a affirmé qu’il avait initialement supposé que M. Rice prévoyait de prendre sa retraite, compte tenu des ramifications électorales possibles.

« Ma première réaction a été, bon sang, Tom Rice ne se représentera pas », a dit M. Moore, faisant valoir une base très solide de soutien à Donald Trump dans le 7e district.

Jeudi, M. Rice a déclaré qu’il était conscient qu’il ferait probablement face à une primaire difficile et que le vote pour la destitution pourrait potentiellement lui coûter son siège. « Il arrivera ce qu’il arrivera », a dit M. Rice.

Questionné par l’AP sur ses dernières pensées lors de l’entrevue, il a fait une pause et a dit : « Vous dites à mes électeurs que je les aime, et c’est l’honneur de ma vie de faire ce travail. » Il a ajouté : « J’ai essayé de mon mieux de faire ce qu’il fallait et de représenter leurs intérêts, mais s’ils décident qu’il est temps pour moi de rentrer à la maison, ça va aussi. »