(Washington) Le Pentagone a annoncé mercredi le gel pendant deux mois de tous ses mouvements prévus dans le monde, y compris le déploiement et le rapatriement de soldats déployés sur des théâtres de guerre, pour tenter de juguler l’épidémie due au coronavirus.

Agence France-Presse

Le ministre américain de la Défense, Mark Esper, a ordonné un arrêt de 60 jours de tous les mouvements des employés civils et militaires du département de la Défense et de leurs familles qui vivent avec eux à l’étranger, a indiqué le Pentagone dans un communiqué.

PHOTO BRENDAN SMIALOWSKI, AFP

Le ministre américain de la Défense, Mark Esper

Cet ordre qui s’applique aux quelque 90 000 membres des forces armées américaines déployés à l’étranger, « aura un impact sur les exercices, les déploiements, les redéploiements et autres mouvements des forces », a reconnu le ministère.

« Aujourd’hui, il n’est pas prévu que cette décision ait un impact sur le retrait des forces américaines d’Afghanistan, qui doit être achevé 135 jours après la signature de l’accord » signé avec les talibans, souligne le communiqué du Pentagone.

Plus de 4000 militaires américains doivent se retirer d’Afghanistan d’ici la mi-juillet, selon l’accord de paix signé entre les États-Unis et les insurgés afghans le 29 février.

Mercredi matin, le Pentagone dénombrait 435 cas de COVID-19 parmi les employés militaires et civils de l’armée américaine, leurs familles et les sous-traitants du Pentagone. Un sous-traitant est mort du coronavirus.

La Marine américaine a annoncé mardi trois cas de COVID-19 à bord du porte-avion USS Theodore Roosevelt, qui croise dans le Pacifique, le premier « cluster » à bord d’une navire de guerre américain. Les trois marins ont été évacués et les camarades avec lesquels ils ont été en contact mis en quarantaine.