(Washington) Presque tout sépare le sénateur de gauche Bernie Sanders et le milliardaire Michael Bloomberg. Mais les candidats à l’investiture démocrate ont un point commun qui fera date dans les campagnes présidentielles américaines : ils sont tous les deux juifs.  

Michael Mathes
Agence France-Presse

Si le socialiste autoproclamé Bernie Sanders, actuellement en tête de la course côté démocrate, ou le centriste Michael Bloomberg, qui est troisième, remportent l’investiture puis l’élection face à Donald Trump, les États-Unis auraient le premier président juif de leur histoire.

PHOTO KAREN PULFER FOCHT, REUTERS

L’ancien maire de New York Mike Bloomberg lors d’un discours électoral à Memphis, au Tennessee, vendredi.

Pourtant, le fait que deux personnes de confession juive soient en aussi bonne position dans la course à la Maison-Blanche, presque un an et demi après qu’un nationaliste blanc a assassiné 11 personnes dans une synagogue de Pittsburgh, n’a été que discrètement salué dans la communauté juive. La chose est observée avec un certain détachement dans le reste de la population, remarque le rabbin Adam Kligfeld.

« Il est incroyable, frappant, surprenant et étrange de voir le peu de cas qui est fait de cette donnée », juge M. Kligfeld, du Temple Beth Am à Los Angeles.

« C’est peut-être bon signe », dit-il à l’AFP.

Très différents

Les deux hommes, qui ont le même âge (78 ans), suscitent chacun des inquiétudes. Bernie Sanders est jugé très-trop ? -à gauche aux États-Unis, où le socialisme a encore pour certains des relents de Guerre froide ; Michael Bloomberg, ancien maire de New York, est lui accusé d’acheter sa place dans la course; il a déjà dépensé un demi-milliard en publicités.

Très différents, le milliardaire et le sénateur ne s’apprécient pas vraiment. En janvier, M. Bloomberg s’en était pris à son rival lors d’un discours dans une synagogue de Miami.

PHOTO JONATHAN ERNST, REUTERS

Bernie Sanders lors d’un discours électoral à Spartanburg, en Caroline du Sud jeudi.

« Je sais que je ne suis pas le seul candidat juif à briguer la présidence », a dit le cofondateur de l’agence de presse Bloomberg. « Mais je suis le seul qui ne veuille pas transformer l’Amérique en kibboutz », ces villages collectivistes israéliens, a-t-il lancé.

Les positions de M. Sanders, notamment sur l’accès à un système de santé universel ou la défense d’Israël, font débat.

Le sénateur s’est mis à dos une partie de la communauté juive en annonçant qu’il boycotterait la prochaine réunion du lobby pro-israélien Aipac parce qu’il est, selon lui, une plateforme pour « l’intolérance ».

M. Sanders a maintes fois répété qu’il soutenait Israël, mais qu’il fallait prendre en compte « les souffrances du peuple palestinien ». Lors du débat démocrate de mardi, il a qualifié le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou de « raciste réactionnaire ».

PHOTO AMMAR AWAD, REUTERS

Un juif ultraorthodoxe passant devant une affiche électorale du parti Likoud et du premier ministre Benyamin Nétanyahou cette semaine à Jérusalem, en Israël.

C’est pourquoi son envolée dans les sondages, bien qu’elle fasse la fierté de certains de ses coreligionnaires, en préoccupe d’autres, pour qui la défense d’Israël devrait être un pilier de la politique étrangère américaine.

Fiers de leur identité juive

Pendant des décennies, les Américains juifs ont voté démocrate à une écrasante majorité.

Plus des deux tiers d’entre eux, selon un sondage Gallup, s’opposent au président Trump, bien qu’il se présente comme le défenseur le plus ardent d’Israël.

Mais seulement 11 % des électeurs de confession juive veulent voir Sanders à la Maison-Blanche, contre 8 % pour Bloomberg, d’après un sondage de Pew datant de janvier.

PHOTO MICHAEL WYKE, AP

L’ancien maire de New York Mike Bloomberg lors d’un discours électoral à Houston jeudi.

Le rabbin Kligfeld note à quel point la foi des deux candidats est peu évoquée, surtout comparé à il y a 20 ans lorsque le démocrate modéré Joe Lieberman, un juif orthodoxe, était le candidat à la vice-présidence.

Celui qui faisait campagne aux côtés d’Al Gore avait alors été au centre d’un vif débat, certains demandant comment il pourrait être vice-président s’il observait la règle du sabbat qui interdit de travailler de vendredi soir à samedi soir.

Le fait que MM. Sanders et Bloomberg soient moins pratiquants semble avoir apaisé ce type de craintes.

Et alors que Donald Trump est accusé d’attiser les tensions religieuses et raciales, le succès des deux hommes est notable.

« Il est clairement significatif que deux politiciens très différents, mais tous deux de culture juive, et fiers de leur identité juive, puissent être dans une position politique aussi en vue au plan national », affirme Logan Bayroff, directeur de la communication de J Street, groupe progressiste pro-Israël.

Lors de sa première campagne présidentielle, en 2016, M. Sanders avait évité de parler de sa judéité.

Il est cette fois plus disert sur la question. En décembre, il a allumé une ménora (chandelier à sept branches) de la fête de Hanouka dans l’Iowa, et a évoqué dans un magazine juif en novembre les membres de sa famille tués par les nazis.