(Parkland) À Parkland, dans le sud de la Floride, le jour de la Saint-Valentin sera éternellement synonyme de deuil : il y a deux ans, un ancien élève de l'école secondaire Marjory Stoneman Douglas y a ouvert le feu, faisant 17 morts.

Agence France-Presse

À 10 h 17 locales vendredi, plusieurs écoles à travers le pays ont observé une minute de silence pour rendre hommage aux 14 étudiants et trois membres du personnel scolaire fauchés par les balles du fusil d’assaut semi-automatique de Nikolas Cruz le 14 février 2018.  

Les autorités de cette ville située à 80 km de Miami et plusieurs organisations gouvernementales ont organisé des cérémonies auxquelles se sont joints les familles des victimes et les survivants de la fusillade, notamment dans le parc Pine Trails, près de l'école secondaire.    

« Il y a deux ans, à approximativement 7 h du matin, j’ai envoyé mes deux enfants à l’école. J’étais si occupé à les presser pour qu’ils ne soient pas en retard que mes derniers mots n’ont pas été “Je t’aime”. Jesse est rentré à la maison ce jour-là. Pas Jaime », a écrit sur Twitter Fred Guttenberg, le père d’une des victimes.  

PHOTO MIKE STOCKER, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

La tragédie, une des pires tueries en milieu scolaire de l’histoire des États-Unis, avait marqué les esprits, générant des manifestations contre les armes à travers tout le pays, mais très peu de mesures avaient été prises par le gouvernement pour durcir le contrôle des armes à feu.

Le pays a connu 417 fusillades en 2019, un record historique, selon l’association Gun Violence Archive.