(Washington) Le président du parti démocrate de l’Iowa, Troy Price, a présenté mercredi sa démission en jugeant « inacceptable » le chaos dans la publication des résultats qui ont, au final, donné la victoire à l’ex-maire modéré Pete Buttigieg juste devant le sénateur indépendant Bernie Sanders.

Agence France-Presse

État rural du centre des États-Unis, l’Iowa était, au moins jusqu’au 3 février, très fier de son système de scrutin atypique : les « caucus », des assemblées traditionnelles d’électeurs qui ouvrent le bal des primaires aux États-Unis.

Pour cette élection, Troy Price et son parti avaient mis en place de nouvelles règles censées assurer plus de transparence et une plus grande efficacité dans le vote. Mais un bogue dans une nouvelle application mobile déployée par le parti a bloqué toute remontée de résultats, provoquant un véritable fiasco le soir du scrutin.

« Sous le coup de menaces, moqueries et d’une colère venue du monde entier, nos équipes ont travaillé » sous « une immense pression pour produire un rapport complet des résultats et sont parvenues à le faire sous 72 h », écrit Troy Price dans sa lettre de démission.

Il affirme que les « caucus » ont bien fonctionné et que des « démocrates de toutes origines se sont rassemblés derrière le même objectif de battre Donald Trump » lors de la présidentielle du 3 novembre.  

« Cependant, il ne fait aucun doute que le processus pour rapporter les résultats n’a pas fonctionné. C’est tout simplement inacceptable », reconnaît-il.  

« J’estime qu’il est temps pour le parti démocrate de l’Iowa de commencer à regarder vers l’avenir, et ma présence à cette fonction rend cela plus difficile », écrit le dirigeant sortant du parti.  

Les responsables démocrates de l’Iowa se réuniront samedi pour choisir un président par intérim.

L’Iowa ne distribue qu’un nombre infime de délégués sur les 1991 nécessaires pour décrocher l’investiture du parti démocrate en juillet. Mais ce petit État représente traditionnellement un important tremplin dans la longue route qui mène à la présidentielle. Un rôle désormais remis en question.