(New York) Une chaude lutte de recrutement se dessine actuellement aux États-Unis au sein du mouvement scout.

Larry Neumeister
Associated Press

Les guides doivent maintenant subir la concurrence des… scouts qui ont ouvert leurs rangs aux filles. Cela a jeté de la confusion, et des filles se sont involontairement inscrites chez les scouts, disent des avocats de l’organisation Girl Scouts, dans des documents remis à un tribunal fédéral.

Cette concurrence s’est intensifiée depuis deux ans, mais selon les Girl Scouts of United States of America, celle-ci est devenue déloyale. Le conflit se retrouve maintenant devant les tribunaux.

Les avocats ont déposé jeudi de nouveaux documents au tribunal fédéral de Manhattan jeudi pour repousser la requête des Boy Scouts de rejeter la poursuite intentée par les Girls Scouts pour contrefaçon de marque.

Le mois dernier, les avocats des Boy Scouts ont demandé à un juge de rejeter la requête voulant que l’organisation ne puisse plus utiliser les mots « scout » ou « scoutisme » dans le recrutement des filles. Selon eux, la poursuite est « totalement sans fondement. »

De leur côté, les Guide Scouts soutiennent que le recrutement élargi aux filles par l’organisation rivale était « extraordinaire et très dommageable » pour elles.

« À cause de cette violation, des parents ont inscrit par erreur leurs filles chez les Boy Scouts en pensant qu’il s’agissait des Girl Scouts », soutiennent les avocats, ajoutant que cela ne s’était jamais produit avant 2018.

Les Girl Scouts disent pouvoir prouver des cas de confusion endémique et des exemples erronés d’association entre les scouts et les guides après que les Boy Scouts eurent commencé à cibler les filles et leurs parents comme jamais auparavant dans leur recrutement

« Les programmes des organisations, qui présentent de nombreuses similitudes, sont désormais directement concurrentiels », affirment les Girls Scouts.

Selon elles, les cas répétés de confusion et d’ingérence à l’échelle locale par les Boy Scouts ne représentent qu’une infime partie de ce qui se passe dans l’ensemble du pays.

Chaque fois que les Girls Scouts se sont plaintes d’un marketing déloyal, les Boy Scouts ont répliqué en blâmant des individus ou des paroisses, affirmant qu’il s’agissait que de cas isolés, ajoutent les avocats.

« Selon les Boy Scouts, tout le monde est à blâmer pour cette confusion endémique, sauf eux », ont-ils écrit.

À l’instar d’autres grandes organisations de la jeunesse, les guides et les scouts ont subi une baisse de leurs effectifs ces dernières années. Avant la pandémie, la concurrence entre elles était féroce, notamment à cause des ligues sportives et des emplois du temps familiaux chargés.

Au printemps 2018, le programme Boy Scouts pour les 11-17 ans a annoncé qu’il changeait son nom en Scouts BSA à compter du début 2019. L’organisation mère, les Boy Scouts of America, et les Cub Scouts (les louveteaux), un programme au service des enfants de la maternelle à la cinquième année, ont conservé leurs noms.

L’organisation a commencé à admettre des filles au sein des louveteaux en août 2018, et les scouts BSA ont commencé à les accepter en février 2019, ont relaté les avocats.