(New York) Le président désigné américain Joe Biden et la vice-présidente désignée Kamala Harris ont été dévoilés jeudi « Personnalités de l’année » du magazine Time, après leur victoire sur Donald Trump que ce dernier continue à contester.

Catherine TRIOMPHE
Agence France-Presse

Joe Biden, qui doit être investi 46e président des États-Unis le 20 janvier, et Kamala Harris, ont été choisis devant trois autres finalistes-Donald Trump, le mouvement contre les inégalités raciales déclenché par la mort de George Floyd fin mai à Minneapolis, et le docteur Anthony Fauci et les soignants les plus exposés au coronavirus.

En 2019, le magazine avait choisi la militante suédoise du climat Greta Thunberg, à 16 ans plus jeune récipiendaire de cette distinction décernée depuis 1927.  

La couverture du magazine montrait une image de Joe Biden, 78 ans, et Kamala Harris, 56 ans, marquée du titre, « Changer l’histoire de l’Amérique ».  

« Pour changer l’histoire de l’Amérique, pour montrer que les forces de l’empathie sont supérieures à celles de la division, pour offrir une vision de la guérison dans un monde endeuillé, Joe Biden et Kamala Harris sont pour Time les Personnalités de l’année 2020 », a expliqué le magazine.

Ce n’est que la 10e fois dans l’histoire des États-Unis qu’un candidat à la présidentielle réussit à battre un président sortant, a souligné le magazine.

Même si Donald Trump continue à refuser de reconnaître la victoire de l’ex-vice-président de Barack Obama, Joe Biden a, avec quelque 81 millions de voix au total, remporté quelque sept millions de voix de plus que l’ex-magnat de l’immobilier.  

Donald Trump martèle depuis plusieurs semaines que les démocrates ont « volé l’élection », en fraudant sur le vote par correspondance, qui a pris une importance inédite cette année avec la pandémie. Mais ses tentatives pour faire invalider le scrutin dans plusieurs États clés et ses recours en justice ont tous échoué, ses avocats n’ayant apporté aucune preuve de fraude.

Critiques

Donald Trump, qui avait été Personnalité de l’année en 2016, n’a pas immédiatement réagi à l’octroi de cette distinction à son rival. Beaucoup s’attendaient à ce qu’il en soit furieux.  

En 2017, lorsque la distinction avait été attribuée aux personnes ayant brisé le silence sur les agressions sexuelles, déclenchant le mouvement #metoo, il avait affirmé dans un tweet qu’il n’avait pas été retenu car il avait décliné une demande d’interview et de photos du magazine. Ce que Time avait démenti.    

Quelques critiques sont apparues jeudi soir sur les réseaux sociaux, estimant que les « travailleurs essentiels » les plus exposés à la pandémie auraient dû être retenus par le magazine plutôt que Joe Biden.  

Ces travailleurs – soignants, livreurs, employés de supermarchés ou des transports… – avaient été désignés personnalités de l’année par les lecteurs de Time, mais la direction du magazine ne les a pas retenus pour son choix final.  

Si le magazine a souvent désigné comme Personnalité de l’année un président américain, à un moment ou à un autre de son mandat, c’est la première fois qu’un vice-président ou vice-président élu est associé à cette distinction.  

Dans une interview à Time, Kamala Harris, fille d’un père jamaïcain et d’une mère indienne, a estimé que le nouveau gouvernement Biden aurait, outre la pandémie et la profonde crise économique qu’elle a générée, à œuvrer pour « la justice raciale », qui n’a que « trop tardé ».  

Pour la première fois cette année, le magazine –qui n’a plus l’aura qu’il avait au 20e siècle – avait monté une émission spéciale avec la chaîne NBC pour dévoiler son choix, avec en vedette Bruce Springsteen et les stars de la K-Pop BTS, désignées « Artistes de l’année ».

Time a également désigné jeudi la star de la NBA LeBron James sportif de l’année, à la fois pour ses résultats sportifs – il a remporté un quatrième sacre NBA – et ses efforts pour encourager les gens à voter.