(Washington) Les États-Unis ont déploré jeudi 2900 morts du coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l’université Johns Hopkins, un nouveau très lourd bilan pour le pays confronté à une flambée de l’épidémie depuis plusieurs semaines.

Agence France-Presse

Dans le même temps, le pays a enregistré plus de 210 000 cas, selon un relevé effectué chaque jour à 20 h 30 locales par l’AFP des chiffres de l’université, actualisés en continu.  

Plus de 107 000 personnes sont actuellement hospitalisées pour cause de COVID-19 dans la première puissance économique mondiale, du jamais vu depuis le début de la pandémie, selon les données de la COVID-19 Tracking Project.

Les États-Unis enchaînent actuellement les tristes records : depuis une semaine, à l’exception du week-end, les chiffres de nouvelles contaminations quotidiennes sont supérieurs à 200 000.  

Et le nombre de décès quotidiens a dépassé les 2400 sur huit des dix derniers jours, avec jusqu’à plus de 3000 morts en une journée mercredi.

Contrairement à la première vague du printemps – jamais vraiment retombée – puis au rebond enregistré cet été, la flambée actuelle concerne cette fois le pays dans son intégralité.  

Les Américains s’accrochent à l’espoir de la distribution imminente d’un vaccin, qui pourrait commencer la semaine prochaine après la recommandation jeudi par un comité d’experts indépendants d’autoriser le vaccin de l’alliance Pfizer/BioNTech.

Au total, plus de 15 millions de personnes ont contracté la COVID-19 aux États-Unis depuis le début de la pandémie, selon les chiffres de Johns Hopkins. Plus de 292 000 personnes y sont décédées des suites de la maladie.

Un responsable des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), Aron Hall, a toutefois estimé jeudi que le nombre réel d’infections à la COVID-19 dans le pays tournait plutôt autour des 52 millions.