(Washington) Le procureur général américain a révélé mardi avoir nommé un procureur spécial indépendant pour continuer à enquêter sur la gestion des investigations menées de 2016 à 2018 sur une éventuelle collusion entre la Russie et l’équipe de campagne de Donald Trump.

Agence France-Presse

Le procureur général Bill Barr a désigné le procureur fédéral John Durham à ce poste pour qu’il enquête justement sur les enquêteurs, parmi lesquels pourraient figurer l’ancien directeur du FBI James Comey et l’ancien procureur spécial Robert Mueller.

M. Durham menait déjà l’enquête sur ces questions sous M. Barr, mais sa nomination en tant que procureur spécial lui permettra de continuer ses investigations une fois nommé un nouveau ministre de la Justice, après le départ de Donald Trump et l’arrivée de Joe Biden au pouvoir le 20 janvier.

Il serait difficile, politiquement, pour le ou la remplaçant (e) de M. Barr de mettre fin aux activités de M. Durham.

Bill Barr a fait cette nomination le 19 octobre, mais il semble qu’il ne l’ait pas annoncée afin de ne pas influencer la présidentielle du 3 novembre.

M. Barr avait choisi M. Durham en avril 2019 pour enquêter sur des allégations, émanant principalement de M. Trump, selon lesquelles l’enquête russe était une « chasse aux sorcières » visant à saboter son administration.

Mais jusqu’ici M. Durham n’a monté qu’un seul dossier, contre un avocat du FBI ayant modifié un courriel dans des documents déposés pour obtenir l’autorisation de mettre un membre de l’équipe de campagne de M. Trump sur écoute.

En nommant M. Durham le 19 octobre, Bill Barr a dit que l’enquête de ce dernier « s’était transformée en enquête criminelle, qui reste en cours ».

L’enquête du FBI a été lancée en juillet 2016 et celle de Robert Mueller a débuté en mai 2017.

Les deux s’étaient concentrées sur les parallèles entre des piratages russes et de la manipulation sur les réseaux sociaux au profit de M. Trump en 2016, et des contacts entre l’équipe de campagne du républicain et Moscou.

Six membres de l’entourage, plus ou moins proche, du président ont été inculpés ou condamnés dans le sillage de l’enquête russe.  

M. Mueller n’a pas trouvé de preuve de coopération criminelle entre la Russie et l’équipe de campagne du milliardaire.