(Los Angeles) Dix-huit ans après avoir réservé l’institution du mariage aux seuls couples hétérosexuels, les électeurs du Nevada se sont très majoritairement prononcés pour la suppression de cette mesure et l’inscription dans la Constitution de l’État de la reconnaissance des unions entre époux du même sexe.

Agence France-Presse

Ce référendum, organisé en marge de l’élection présidentielle comme c’est l’usage aux États-Unis, a recueilli plus de 62 % de voix favorables selon les résultats définitifs publiés ces derniers jours. Cette décision fait du Nevada (ouest) le premier État américain à reconnaître et protéger le mariage homosexuel dans sa Constitution, ont souligné les médias locaux.

La « question numéro 2 » demandait aux électeurs de dire s’ils souhaitaient supprimer une disposition, adoptée en 2002, stipulant que « seul le mariage entre un homme et une femme peut être reconnu » dans le Nevada.

Les couples homosexuels avaient dû attendre fin 2014 et une décision de la Cour suprême, plus haute juridiction américaine, pour obtenir la reconnaissance de leur union – au niveau fédéral seulement – dans le Nevada et une trentaine d’autres États.

L’amendement fait en outre obligation au Nevada et à ses institutions de reconnaître et de traiter de la même manière tous les mariages, quel que soit le genre des individus qu’ils unissent. Pour les partisans de la mesure, il s’agit d’une garantie supplémentaire pour les homosexuels dans le cas où la Cour suprême, où les conservateurs bénéficient désormais d’une nette majorité, reviennent sur sa décision.

Le référendum établit toutefois le droit pour les organisations religieuses et les membres du clergé dans le Nevada de refuser de célébrer des mariages homosexuels, sans encourir de poursuites judiciaires.