(Washington) Washington a annoncé lundi de nouvelles sanctions contre quatre responsables de Hong Kong supplémentaires, accusés de restreindre les libertés dans le territoire semi-autonome chinois sous la pression de Pékin.

Agence France-Presse

Edwina Lau, à la tête de la division de la police hongkongaise chargée de la sécurité nationale, fait partie des fonctionnaires désormais interdits d’entrée aux États-Unis. Ses éventuels avoirs sur le sol américain seront gelés.  

Li Jiangzhou, directeur adjoint d’un bureau de Hong Kong chargé de préserver la sécurité nationale, fait aussi partie de cette nouvelle liste.

« Ces mesures soulignent la détermination des États-Unis à tenir pour responsables des personnalités clés qui vident activement de leur substance les libertés du peuple de Hong Kong et sapent l’autonomie de Hong Kong », a dit le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo dans un communiqué.

Le gouvernement américain avait déjà annoncé des sanctions contre la cheffe de l’exécutif hongkongais Carrie Lam et une dizaine d’autres responsables en riposte à l’adoption par la Chine d’une loi sur la sécurité nationale, qui érode l’autonomie dont bénéficie le territoire.

« Il s’agit d’une ingérence barbare dans les affaires intérieures de Hong Kong et dans les affaires intérieures » de la Chine, a réagi mardi en conférence de presse l’adjoint de la cheffe de l’exécutif, Matthew Cheung, qualifiant ces sanctions « d’absolument inacceptables et grossièrement scandaleuses ».

« La Chine s’oppose avec virulence et condamne avec la plus grande fermeté » les dernières mesures américaines, a renchéri lors d’un point presse régulier Wang Wenbin, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

« Nous exhortons les États-Unis […] à lever immédiatement ces prétendues sanctions et à ne pas s’engager plus loin sur ce mauvais chemin », a-t-il souligné.

La question de Hong Kong est au cœur de la dure confrontation aux accents de guerre froide entre les États-Unis et la Chine. Le président américain Donald Trump a mis fin au statut commercial préférentiel dont bénéficiait le territoire pour protester contre la loi chinoise sur la sécurité nationale.