Donald Trump s’accroche et persiste à se présenter en victime d’une tromperie électorale. Dans une annonce que peu de médias ont diffusée, la porte-parole de la Maison-Blanche – qui est plutôt intervenue en tant que porte-parole de la campagne républicaine – a crié à la fraude, lundi après-midi, sans toutefois apporter de preuves supplémentaires.

Audrey Ruel-Manseau
Audrey Ruel-Manseau La Presse

Donald Trump ne s’est pas encore exprimé publiquement depuis l’annonce de la victoire de Joe Biden, samedi, et il refuse toujours d’admettre sa défaite. En fin d’après-midi, lundi, une conférence de presse hors du commun s’est tenue à Washington. La porte-parole de la Maison-Blanche, Kayleigh McEnany, a accusé les démocrates d’avoir truqué le processus électoral et a affirmé que l’élection n’était pas terminée.

« Vous ne vous opposez pas à une supervision du vote si vous voulez un vote honnête. Cette attitude encourage le vote illégal. On peut protéger le peuple américain. On veut un compte des votes honnête », a-t-elle clamé. « On a vu partout au pays des démocrates qui ont essayé de détourner la Constitution pour faire pencher la balance en leur faveur », a-t-elle aussi dit.

La chaîne Fox News a interrompu la diffusion en direct de la conférence de presse. Le chef d’antenne Neil Cavuto a expliqué qu’il trouvait qu’il était irresponsable de relayer des accusations de fraude qui ne s’appuyaient sur aucune preuve.

« À moins qu’elle n’ait plus de détails pour appuyer ce qu’elle dit, je ne peux pas, en toute conscience, continuer de vous montrer cela », est intervenu M. Cavuto.

Twitter a aussi apposé un message de mise en garde sur les extraits de la conférence de presse relayés sur le réseau social.