Donald Trump ne semblait pas se rapprocher d’une concession, dimanche matin, alors qu’il relayait des messages de soutien à sa position sur les réseaux sociaux.

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

Le président américain continuait de promouvoir l’idée selon laquelle l’élection présidentielle a été viciée par des millions de votes illégaux. Son équipe affirme que la contestation légale des résultats s’accélérera lundi dans plusieurs États.

Jusqu’à maintenant, aucun élément de preuve ne laisse croire qu’une fraude électorale à grande échelle ait eu lieu.

Dimanche, M. Trump a repris sur Twitter des propos de Newt Gingrich — un poids lourd républicain — et de Jonathan Turley, un professeur de droit qui a témoigné en sa faveur dans le cadre de la procédure de destitution de l’an dernier.

« Les machines [électorales] des grandes villes sont corrompues. L’élection a été volée », a affirmé M. Gingrich, dans ses propos relayés par le président. « Là où ça comptait, [les démocrates] ont volé ce qu’ils devaient voler. »

M. Turley a pour sa part exprimé de l’inquiétude quant au nombre de bulletins postaux reçu dans des villes comme Detroit et Philadelphie « qui ont un historique de problèmes en matière d’élection (pour le dire gentiment) ».

Des proches du président Trump, comme ses fils Donald Jr et Eric Trump, continuent de faire valoir que l’élection a été viciée et que la démonstration en sera faite.

Des médias américains rapportent toutefois que d’autres membres du cercle rapproché du président, dont son gendre Jared Kushner et sa femme Melania Trump, tentent de le convaincre de concéder la victoire à son adversaire Joe Biden.

Lindsey Graham toujours derrière Trump

L’influent sénateur républicain Lindsey Graham a encouragé dimanche Donald Trump à continuer de refuser sa défaite face à Joe Biden et à « se battre » en justice pour faire valoir ses droits.

PHOTO MEG KINNARD, AP

Lindsey Graham

« Nous travaillerons avec Biden s’il gagne, mais Trump n’a pas perdu », a-t-il déclaré sur la chaîne Fox News, en refusant l’annonce de la victoire du démocrate faite la veille par les grands médias sur la base des résultats quasi complets du dépouillement.

« Il y a beaucoup de magouilles », « beaucoup de choses qui méritent d’être examinées », a assuré Lindsey Graham en écho aux accusations de « fraude » lancées par Donald Trump, dont il est proche.

L’élu, qui préside la commission judiciaire du Sénat, a assuré avoir des preuves du vote de six personnes décédées en Pennsylvanie et a mentionné « des systèmes informatiques qui ont transformé des suffrages républicains en démocrates dans le Michigan ».

« On ne peut pas laisser les médias diriger l’Amérique, il faut que nous nous battions », a-t-il lancé à l’adresse de ses confrères républicains qui, pour la plupart, observent un silence total depuis 24 heures.

« Ne concédez rien, Monsieur le président, battez-vous », a-t-il encore lancé.

– Avec l’AFP