(Detroit) Les autorités électorales du Michigan continuaient leur décompte des votes et appelaient à la patience, mercredi, alors que les grands médias accordaient l’État à Joe Biden et que Donald Trump revendiquait la victoire.

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

En début de soirée, Joe Biden conserve d’une avance de plus de 100 000 voix – ou 1,9 point de pourcentage – après que 98 % du vote ait été dépouillé.

Mais les avocats de Donald Trump n’ont pas attendu pour sortir l’artillerie lourde, se plaignant de ne pas avoir un accès adéquat aux salles où le décompte se produit. Dans une procédure judiciaire, la campagne présidentielle a demandé à l’État d’« arrêter le décompte jusqu’à un meilleur accès nous soit fourni et de recompter les bulletins comptés pendant la période où nous n’avions pas un accès adéquat ».

Sur Twitter, le président américain a remis en question la validité du décompte au Michigan, alors que l’avance qu’il y détenait mardi soir a disparu au cours de la nuit.

« Nous allons continuer à compter »

Le dépouillement se continuait hier au TCF Center, un centre de congrès au centre-ville de Detroit. À l’extérieur, des dizaines de militants républicains demandaient d’avoir accès aux installations : ils criaient « Laissez-nous entrer ! » et « Arrêtez le décompte ! ». Des vitres ont dû être protégées afin d’éviter qu’elles n’éclatent en morceaux.

« Nous allons continuer à compter, nous allons continuer à faire notre travail, nous allons continuer à publier nos résultats », a affirmé Jocelyn Benson, secrétaire d’État du Michigan, sur les ondes de CNN, avant que la campagne de Donald Trump ait annoncé sa volonté de poursuivre son administration. « Nous sommes très méticuleux, nous comprenons ce qui est en jeu. […] Si on doit continuer à travailler demain, nous le ferons. »

Selon Mme Benson, les bulletins qui doivent être comptabilisés proviennent surtout du vote postal dans les villes de Detroit, de Flint et de Grand Rapids, un vote qui devrait avantager les démocrates.

« Beaucoup de filtres en place »

« Nous comprenons que le processus peut être contesté, alors nous faisons tout selon les règles », a continué Mme Benson. « Nous nous assurons que chaque bulletin est valide. Nous avons beaucoup de filtres en place pour nous assurer que chaque vote est légal et que chaque électeur n’a voté qu’une fois. »

La campagne électorale a été particulièrement tendue au Michigan, un état largement désindustrialisé adossé aux Grands Lacs. Le démantèlement d’une milice armée qui aurait planifié le kidnapping la gouverneure démocrate locale a troublé les électeurs, tout comme la présence d’hommes armés sur le parvis du capitole de l’État, au printemps dernier.

Le Michigan fait partie du « Blue Wall », ces états traditionnellement démocrates qui ont partiellement basculé du côté républicain en 2016, fournissant la victoire à Donald Trump.