(Washington) Donald Trump a assuré lundi qu’il n’avait pas capitulé face à la COVID-19, après des propos ambigus d’un de ses proches ayant donné le sentiment contraire.

Agence France-Presse

En déplacement dans l’État-clé de la Pennsylvanie, le président a été interrogé par un journaliste sur les raisons pour lesquelles il avait « renoncé à se battre contre la pandémie ».

« Je n’ai pas » renoncé, a-t-il répondu. « Nous sommes définitivement en train de tourner la page », a-t-il assuré.

La veille, des déclarations du chef de cabinet de la Maison-Blanche ont renforcé le sentiment d’une administration impuissante, voire dépassée par la situation.

« Nous n’allons pas contrôler la pandémie, nous allons contrôler le fait qu’on puisse avoir des vaccins », a déclaré Mark Meadows sur CNN.

Le rival démocrate de Donald Trump, Joe Biden, s’est saisi de ces propos pour accuser l’administration républicaine de capituler face au virus qui a fait plus de 225 000 morts aux États-Unis.

Il s’agit « d’un constat honnête de la stratégie du président Trump depuis le début de la crise : agiter le drapeau blanc de la défaite et espérer que si on l’ignore, le virus s’en ira », a-t-il écrit.

« Il a agité le drapeau blanc toute sa vie », a rétorqué lundi Donald Trump. « Il ne quitte pas son sous-sol », a-t-il encore accusé. « C’est un candidat pathétique. »

En retard dans les sondages, Donald Trump se démultiplie sur le terrain tandis que son rival est très peu présent sur le terrain.