(Philadelphie) L’ancien président américain Barack Obama a appelé mercredi les démocrates à ne pas faire preuve de complaisance et à se mobiliser en masse pour permettre à Joe Biden de l’emporter face à Donald Trump le 3 novembre.

Alex EDELMAN avec Elodie CUZIN et Jerome CARTILLIER à Washington
Agence France-Presse

« Je ne m’intéresse pas aux sondages », a-t-il lancé depuis Philadelphie, rappelant qu’ils étaient favorables en 2016 à Hillary Clinton avant sa défaite surprise.

« Beaucoup de gens sont restés chez eux, ont été flemmards et complaisants », a-t-il souligné. « Pas cette fois ! Pas lors de cette élection ! », a-t-il martelé, à 13 jours du scrutin.

PHOTO MATT SLOCUM, AP

Dans un réquisitoire cinglant contre son successeur, Barack Obama a dénoncé un président qui s’est montré incapable de prendre son poste « au sérieux ».

« Tweeter en regardant la télévision ne résout pas les problèmes », a-t-il lâché, lors d’un rassemblement en mode « drive in » devant des sympathisants à bord de leur voiture, pandémie oblige.  

Si Barack Obama a fait son retour en pleine lumière après des mois de campagne virtuelle, Joe Biden n’avait, pour le troisième jour consécutif, rien à son programme public.

Donald Trump continuait lui de sillonner les États-Unis, à la veille du dernier débat très attendu entre les deux candidats.  

Un contraste frappant, et rare, si près de l’échéance.  

« Incompétence et désinformation »

Avec plus de 221 000 morts de la COVID-19, les États-Unis affichent le plus lourd bilan du monde pour un seul pays.  

« La pandémie aurait été difficile pour n’importe quel président », a reconnu Barack Obama.  

« Mais le niveau d’incompétence et de désinformation, le nombre de gens qui ne seraient peut-être pas morts si nous n’avions fait que les choses évidentes… », a-t-il lâché, en affirmant que Joe Biden et sa colistière Kamala Harris seraient capables de « gérer cette pandémie de façon plus efficace ».  

« Les ex-présidents ne se mêlent d’ordinaire pas trop de politique », a déclaré à CNN David Axelrod, ancien conseiller de Barack Obama, à propos de ce rassemblement. « Je pense que c’était son intention, mais Trump a changé la donne ».

40 millions de bulletins

Plus de 40 millions d’Américains ont déjà voté par courrier ou en personne, soit quelque 30 % de la participation totale en 2016, selon l’organisation indépendante Elections Project.

Donald Trump ne l’avait emporté que d’une courte tête en 2016 en Pennsylvanie, un État potentiellement crucial pour la victoire, où il s’est de nouveau rendu mardi soir.  

« Tout ce que fait (Biden), c’est rester chez lui », avait raillé le milliardaire républicain sur scène à Erie. Il a pris « cinq jours » de pause, a-t-il exagéré devant des partisans hilares.

Le tempétueux président, 74 ans, récemment remis de la COVID-19, sera mercredi soir à Gastonia, en Caroline du Nord, un autre État-clé.  

Après un déplacement en Caroline du Nord, aussi, dimanche, Joe Biden, 77 ans, est rentré dans son fief de Wilmington, dans le Delaware.

Il a salué les photographes lundi en se rendant à une interview, mais est depuis resté loin des journalistes, sauf pour donner des entretiens à des médias locaux dans les États-clés.

Dernier débat

Le candidat démocrate retrouvera Donald Trump jeudi soir pour leur dernier duel télévisé, à Nashville, dans le Tennessee. Leur premier débat, fin septembre, avait tourné au pugilat.  

Et rien n’indique que le ton sera cette fois moins agressif.  

Le républicain a accentué ses attaques personnelles contre son adversaire. Il martèle depuis plusieurs semaines, sans éléments concrets à l’appui, que la famille Biden est une « entreprise criminelle ».

Son angle d’attaque ? Les affaires de Hunter Biden en Ukraine et en Chine, au moment où son père, Joe, était vice-président de Barack Obama (2009-2017).

Très sensible aux attaques contre sa famille, qui le font parfois s’emporter, Joe Biden doit préparer la parade à ces coups attendus.

Pour éviter la cacophonie de leur premier affrontement, les micros des deux candidats seront coupés lorsqu’ils n’auront pas la parole.