(Washington) Les propos de Donald Trump, qui s’est félicité de sa guérison de la COVID-19 grâce à un traitement expérimental qu’il a qualifié de « remède », peuvent créer « beaucoup de confusion », a estimé vendredi Anthony Fauci, l’un des principaux experts du gouvernement américain sur le coronavirus.

Agence France-Presse

Le directeur de l’Institut américain des maladies infectieuses, un scientifique respecté mondialement, a également parlé d’évènement « super-propagateur » à propos d’une cérémonie organisée fin septembre à la Maison-Blanche, soupçonnée d’être à l’origine de l’infection à la COVID-19 de plusieurs invités.

« Je pense que cela dépend vraiment de ce que l’on veut dire par remède, parce que ce mot crée beaucoup de confusion », a dit sur CBS Radio M. Fauci.

« Nous avons de bons traitements pour les gens sévèrement atteints qui sont hospitalisés », a dit le médecin, énumérant différents médicaments déjà expérimentés par des essais sur des milliers de malades, comme l’antiviral remdesivir et le corticoïde dexaméthasone, qui ont été prescrits au président américain.

Mais il s’est montré plus prudent concernant les traitements aux anticorps « monoclonaux », comme celui développé par la société de biotechnologie américaine Regeneron, vanté par le président, ou celui groupe pharmaceutique Eli Lilly.

« Ils sont prometteurs dans les essais cliniques, mais dans l’ensemble, leur efficacité ou leur sûreté n’ont pas encore été prouvées », a expliqué Anthony Fauci.

Le traitement de Regeneron, destiné à remplacer le système immunitaire pour neutraliser le coronavirus, a produit des résultats prometteurs dans des essais cliniques préliminaires sur 275 malades.

Interrogé sur l’utilité des masques après que plusieurs invités à une cérémonie à la Maison-Blanche le 26 septembre ont été déclarés positifs au coronavirus, le Dr Fauci a estimé que « les données parl(ai)ent d’elles-mêmes ».

« Nous avons eu un évènement superpropagateur à la Maison-Blanche (où) les gens étaient proches les uns des autres et ne portaient pas de masque », a-t-il souligné.

Plus de 30 personnes sont soupçonnées d’avoir été contaminées lors de cette cérémonie organisée pour la nomination de la candidate de M. Trump à la Cour suprême, Amy Coney Barrett.

Quant aux inquiétudes de certains experts sur un retour précipité aux affaires de M. Trump, qui pourrait toujours être contagieux alors qu’il tiendra samedi à la Maison-Blanche son premier évènement avec du public depuis son hospitalisation, il a dit faire confiance à l’équipe médicale du président.

« Je peux vous dire qu’ils vont le tester […] pour savoir s’il n’est plus contaminé », a-t-il assuré. « Je peux vous garantir qu’ils lui feront un test avant de le laisser sortir ».