(Washington) Depuis la semaine dernière, plus de 500 cas de COVID-19 se déclarent chaque jour dans l’Idaho, un petit État rural du nord-ouest des États-Unis, illustration de la propagation exponentielle du coronavirus dans l’ensemble de la géographie américaine.

Agence France-Presse

L’exemple de cet État de 1,8 million d’habitants, célèbre pour ses pommes de terre et ses abattoirs, correspond à l’explosion de l’épidémie dans le Sud et l’Ouest, qui a fait repartir en juin le nombre de cas total aux États-Unis, alors que New York et le Nord-Est ont réussi à dompter le virus.

Avant le 15 juin, l’Idaho rapportait moins de 50 nouveaux cas par jour. Il en a rapporté 550 dimanche, et plus de 700 jeudi dernier.

Rapporté à la population, le nombre de contagions dans l’État de l’Idaho ces sept derniers jours est huitième dans le pays (460 nouveaux cas pour 100 000 habitants), juste derrière les grands États du Sud et de l’Ouest comme la Floride, la Louisiane et le Texas, selon les données du New York Times.

Jamais depuis le début de l’épidémie autant de lits d’hôpitaux n’avaient été occupés dans l’Idaho par des malades du coronavirus (224 au 15 juillet, selon les dernières données officielles) ; en avril, le maximum d’hospitalisations avait été de 71.

Le nombre de morts dans l’État reste faible (entre 1 et 4 par jour), mais c’est plus que lors de tout le mois de juin, où un mort par jour était enregistré.

« Augmentations très inquiétantes dans l’Amérique rurale, qui a des capacités hospitalières bien plus réduites et plus difficiles à augmenter en urgence », a commenté Ashish Jha, directeur du Global Health Institute d’Harvard, sur Twitter.

Le gouverneur de l’État, le républicain Brad Little, a reporté plusieurs fois la réouverture totale de l’économie, initialement prévue fin juin, mais tous les commerces et services, y compris les discothèques, sont ouverts, avec des restrictions pour garantir la distanciation physique.

PHOTO JIM WATSON, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le vice-président Mike Pence écoute le gouverneur Brad Little lors d'un évènement organisé à la Maison-Blanche, le 16 juillet.

La plus grande ville de l’État, Boise, où est concentrée l’épidémie, a imposé le 4 juillet le port du masque dans les espaces publics en intérieur et en extérieur. Mais ailleurs dans l’État, l’idée d’une obligation se heurte à l’opposition d’habitants, ce qui a fait plier les autorités sanitaires du nord de l’Idaho qui l’envisageaient, selon le journal local Spokesman-Review.

Des scènes semblables de protestations antimasques se reproduisent à travers toute l’Amérique rurale, puisque les décisions dépendent des autorités locales, le président Donald Trump ayant préféré laissé la responsabilité aux États. Il a insisté dimanche qu’il n’entendait aucunement imposer le masque dans l’ensemble du pays.