(Wilmington) Le candidat démocrate à la Maison-Blanche Joe Biden a pour la première fois diffusé une publicité de campagne au Texas mardi, capitalisant sur des sondages favorables et défiant son rival Donald Trump sur un terrain depuis longtemps considéré comme acquis aux conservateurs.  

Agence France-Presse

La pub d’une minute fait partie d’une campagne plus large incluant l’Arizona et la Floride, des États remportés par le président Trump en 2016, mais où le soutien au milliardaire républicain est aujourd’hui en déclin en raison des frustrations provoquées par sa gestion de la pandémie de coronavirus.

Une moyenne de sondages donne MM. Biden et Trump à égalité au Texas, qui n’a pas voté pour un candidat démocrate à la Maison-Blanche depuis 1976 et sur lequel les républicains comptent dans leurs efforts pour l’emporter le 3 novembre.

Un récent sondage du Dallas Morning News, donnant à M. Biden cinq points d’avance sur son rival, indiquait que pas moins de 9 % des républicains voteraient pour l’ancien vice-président de Barack Obama si l’élection se tenait aujourd’hui.

« La hausse du nombre de cas (de coronavirus) provoque peur et appréhension », dit M. Biden dans la publicité, alors que les infections se multiplient dans l’État.

« Si vous êtes malade, si vous êtes en difficulté… Je ne vous abandonnerai pas », ajoute-t-il sur fond d’images de secouristes masqués, de parents et d’enfants ainsi que de personnes communiquant avec leurs proches à travers une vitre. « Nous lutterons contre cela ensemble, et ensemble nous en sortirons plus forts qu’avant ».

Sans mentionner le président, la publicité vise clairement à condamner sa gestion de la crise.

Dans un discours mardi, M. Biden a directement visé le milliardaire, fustigeant « l’échec de sa réponse » à la pandémie et affirmant qu’il devrait écouter ses experts en santé publique.

« Faites votre travail, monsieur le président, parce que si nous ne pouvons pas gérer la crise sanitaire, nous ne pouvons pas gérer la crise économique », a-t-il lancé.

M. Biden devance M. Trump de neuf points de pourcentage dans la moyenne des sondages nationaux effectuée par le site spécialisé RealClearPolitics.  

Il est aussi en tête dans au moins cinq des États clés qui pourraient décider de l’élection : Arizona, Floride, Caroline du Nord, Pennsylvanie et Wisconsin.

Plan ambitieux pour les énergies renouvelables

Joe Biden a promis mardi d’investir massivement dans les énergies renouvelables, un secteur qui mobilisera « des millions d’emplois » aux États-Unis avec l’ambition d’arriver à une production électrique propre en seulement 15 ans.

« Nous allons faire des investissements historiques », a assuré le candidat démocrate à la Maison-Blanche, qui se veut le champion de la lutte contre le changement climatique face à Donald Trump pour l’emporter lors de l’élection du 3 novembre.

Quand le milliardaire républicain « pense au changement climatique, le seul mot auquel il pense est “un canular”. Quand je pense au changement climatique, je pense “emplois”. Des emplois syndiqués bien payés qui vont mettre les Américains au travail », a lancé M. Biden dans son fief de Wilmington (Delaware).

Ce plan climat prévoit notamment un programme de construction de logements à basse consommation d’énergie, des incitations à l’achat de véhicules électriques fabriqués aux États-Unis, ou le passage de la flotte gouvernementale à des véhicules électriques.

« Ces investissements sont du “gagnant-gagnant” pour ce pays, en créant des emplois, en réduisant les coûts énergétiques et en protégeant notre climat », a-t-il dit.

« Transformer le secteur électrique américain pour produire du courant sans pollution carbone […] sera le plus grand pourvoyeur de créations d’emplois et de compétitivité économique du 21e siècle », a lancé l’ancien vice-président.

Il a de nouveau promis le retour des États-Unis au sein de l’Accord de Paris pour le climat, dont Donald Trump s’est retiré en 2017, avec en point de mire la fin des émissions carbone d’ici 2050.

Au total, les investissements publics se monteront à 2000 milliards de dollars sur quatre ans, selon les documents de campagne du candidat.

Avec ce plan ambitieux, plus agressif que son programme présenté aux primaires démocrates, le candidat centriste espère satisfaire l’aile progressiste du parti, dont il a besoin pour remporter la présidentielle.

Il s’en est aussi pris au président Trump, qui mise sur les énergies fossiles comme le pétrole.

« C’est tout ce que Donald Trump et les républicains ont à offrir : des politiques qui regardent vers le passé, qui dégraderont l’environnement, qui affecteront la santé du pays, qui freineront les promesses économiques alors que d’autres pays feront la course en tête », a-t-il mis en garde.

La semaine dernière, Joe Biden avait dévoilé un gigantesque plan de 700 milliards de dollars pour relancer l’économie américaine après la crise du coronavirus.

S’il est en tête des sondages nationaux, Joe Biden est toutefois à la traîne dans le secteur économique où Donald Trump est jugé plus apte par les électeurs.