(Washington) Le président américain Donald Trump a estimé mardi sur CBS que la mort de George Floyd, décédé fin mai lors de son interpellation, était « terrible » mais s’est indigné lorsqu’une journaliste l’a interrogé sur les décès d’Afro-Américains aux mains de la police.

Agence France-Presse

« Pourquoi des Afro-Américains meurent encore aux mains des forces de police dans ce pays ? », lui a demandé la journaliste de CBS dans un entretien dont des extraits ont été diffusés mardi.

« Les Blancs aussi. Les Blancs aussi », a répondu le président américain.  

« Quelle horrible question. Les Blancs aussi, plus de Blancs d’ailleurs, plus de Blancs », a-t-il ajouté.

Les morts d’hommes noirs abattus par des policiers blancs, comme ce fut le cas de George Floyd, provoquent régulièrement l’émoi aux États-Unis, où elles ont donné naissance au mouvement « Black Lives Matter ».

Il n’existe pas aux États-Unis de base de données nationale sur les policiers impliqués dans des décès.

Plusieurs études universitaires ont montré que si, en valeur absolue, le nombre d’hommes blancs tué par des policiers était supérieur à celui du nombre d’hommes noirs tués, ce chiffre était proportionnellement nettement plus élevé parmi les Afro-Américains.