Le président des États-Unis, Donald Trump, a demandé à tous les gouverneurs de déployer la garde nationale « en nombre suffisant pour dominer les rues » et maitriser les manifestants. Il a menacé, lundi soir, d’envoyer les Forces militaires si la violence n’est pas contenue rapidement.

Audrey Ruel-Manseau Audrey Ruel-Manseau
La Presse

Lors d’une allocution prononcée lundi soir, devant la Maison-Blanche, Donald Trump, qui s’est défini comme « un allié des manifestants pacifiques », a promis aux citoyens américains – « les plus grandes victimes des manifestations violentes » – de prendre des actions présidentielles immédiates pour mettre fin au saccage perpétré « par des anarchistes professionnels » depuis une semaine.

« J’ai recommandé à tous les gouverneurs de déployer la garde nationale en nombre suffisant pour dominer les rues, jusqu’à ce que la violence soit contenue. Si ce n’est pas assez, je vais déployer les Forces militaires », a-t-il déclaré, annonçant du même souffle la mise en place d’un couvre-feu à 19 h.

Alors qu’il s’adressait à la nation dans l’idyllique jardin de la Maison-Blanche, une série de véhicules militaires ont roulé sur l’avenue Pennsylvania, où la police militaire et les forces de l’ordre ont affronté des manifestants dans le parc Lafayette en tirant notamment des gaz lacrymogènes pour les disperser.

Les manifestants pacifiques ont été évacués afin que Donald Trump puisse traverser le parc jusqu’à l’église épiscopale Saint-Jean, connue sous le nom de « l’église des présidents », qui a été endommagée par le feu lors d’une manifestation cette semaine.

Devant l’église, Donald Trump s’est fait photographier avec une bible à la main.

  • PHOTO BRENDAN SMIALOWSKI, AFP

  • PHOTO BRENDAN SMIALOWSKI, AFP

1/2
  •  
  •  

Les Américains sont survoltés depuis la mort de George Floyd – un Américain noir tué par un policier blanc lors d’une arrestation –, lundi dernier. Des manifestations ont lieu dans de nombreux états depuis une semaine, et plusieurs d’entre elles ont tourné en véritables affronts.

- avec La Presse canadienne