(Washington) L’ex-républicain Justin Amash, qui briguait l’investiture du parti libertarien pour l’élection présidentielle de novembre contre Donald Trump, a annoncé samedi qu’il abandonnait la course, blâmant notamment l’impossibilité de faire campagne normalement pendant la pandémie de COVID-19.

Agence France-Presse

« Après mûre réflexion, j’ai conclu que les circonstances n’étaient pas réunies pour le succès de ma candidature à la présidentielle cette année, et je ne serai donc pas candidat », a tweeté Justin Amash.  

« La crise économique » et les mesures de « distanciation sociale » dues à la pandémie ainsi que la « polarisation » de la vie politique américaine et des médias ont eu raison de sa candidature, a expliqué M. Amash.

« Je continue à croire qu’un candidat extérieur aux deux grands partis, avec une vision du gouvernement basée sur la liberté et l’égalité, peut réussir dans le bon contexte », a-t-il ajouté.  

Âgé de tout juste 40 ans, l’ultra-conservateur Justin Amash a quitté le parti républicain à l’été 2019 après avoir rompu avec fracas avec Donald Trump, estimant qu’il bafouait la Constitution et les valeurs conservatrices. Devenu indépendant au Congrès, il avait voté en faveur de la destitution du président.

L’élu du Michigan avait ensuite annoncé, fin avril, qu’il souhaitait devenir le candidat du parti libertarien pour la présidentielle.

M. Amash se présentait comme une alternative entre Donald Trump et le candidat démocrate Joe Biden.  

Lors de l’élection présidentielle de 2016, le candidat du parti libertarien, Gary Johnson, avait réuni près de 4,5 millions de voix, soit un peu plus de 3 % des voix.