(Washington) Le Sénat américain a tenu lundi sa première séance plénière en cinq semaines avec de nouvelles consignes en vigueur pour éviter la propagation dans son enceinte du coronavirus, qui a déjà tué 68 000 personnes et laissé des millions sans emploi dans le pays.

Agence France-Presse

Les sénateurs – dont 49 sur 100 ont plus de 65 ans et sont donc considérés comme « à risque » – ont été encouragés à porter des masques et devraient débattre des moyens de contenir l’épidémie et relancer l’économie de la première puissance mondiale, mise à terre par le virus.  

« Le Sénat va être aussi intelligent et prudent que possible, et nous allons nous rendre au travail, comme les travailleurs essentiels que nous sommes », a déclaré le chef de la majorité républicaine à la chambre haute, Mitch McConnell, 78 ans.  

PHOTO SAUL LOEB, AGENCE FRANCE-PRESSE

Mitch McConnell

Son homologue démocrate, Chuck Schumer, a invité ses collègues à se préparer à « une des sessions les plus étranges du Sénat américain dans l’histoire moderne », où les parlementaires ne se serreraient pas la main et ne se regrouperaient pas ensemble.

Les couloirs du Capitole étaient anormalement calmes, une poignée de collaborateurs – certains masqués – naviguant d’un bureau à l’autre.

« Je ne suis pas inquiète. C’est juste un peu déprimant parce que c’est si silencieux », a confié à l’AFP Dianne Feinstein, doyenne de la chambre à 86 ans.  

« D’autres Américains sont au travail », a insisté sa collègue républicaine Deb Fischer. « Nous nous devons d’être là. »

La capitale fédérale américaine est sous ordre de confinement jusqu’au 15 mai.

La présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a choisi de ne pas faire rentrer les 435 parlementaires de la chambre basse au moins avant la semaine prochaine, en suivant les recommandations du médecin du Congrès, une initiative critiquée par certains républicains.  

Donald Trump s’en est pris aux leaders des deux partis au Congrès, qui ont rejeté « respectueusement » l’offre de son administration de dépister rapidement les sénateurs.  

Nancy Pelosi et Mitch McConnell ont en effet dit préférer « continuer à envoyer les ressources vers les établissements en première ligne », comme les hôpitaux.  

« Le Congrès, en ne voulant pas des appareils de tests spéciaux en 5 minutes, dit qu’il n’est pas essentiel », a lancé le président sur Twitter.

Le milliardaire républicain s’est targué d’avoir une « superbe capacité de tests », et d’avoir réalisé plus de tests aux États-Unis que « dans tous les pays du monde, combinés ».