(Washington) Les États-Unis ont franchi mardi la barre du million de cas diagnostiqués de nouveau coronavirus, soit environ le tiers du nombre total de cas recensés dans le monde, selon le comptage de l’université Johns Hopkins.

Agence France-Presse

Les États-Unis sont, déjà depuis fin mars, le pays qui compte le plus de cas dépistés d’infection. Ils avaient atteint les 500 000 cas déclarés il y a moins de trois semaines, le 10 avril. Le pays est également celui qui compte le plus grand nombre de victimes de la COVID-19, avec plus de 57 200 décès liés à la maladie.

L’épicentre de l’épidémie américaine se situe à New York, l’État enregistrant à lui seul près du tiers des cas déclarés à l’échelle nationale.

Derrière les États-Unis, le deuxième pays comptant le plus de cas recensés est l’Espagne avec plus 210 000 malades du coronavirus, suivi par l’Italie et la France.

L’Europe totalisait mardi plus de 1,4 million de cas, selon un comptage de l’AFP.

Les États-Unis justifient leur grand nombre de contaminations détectées par une politique de dépistage largement montée en puissance, avec plus de 5,6 millions tests réalisés, selon l’université Johns Hopkins.

L’Amérique a effectué « plus de deux fois plus de tests que n’importe quel autre pays », a encore souligné le président Donald Trump lundi soir. Le nombre de nouveaux cas « dans les régions de New York, La Nouvelle-Orléans, Detroit, Boston et Houston est en baisse […] et nous ne voyons que très peu (d’endroits) que nous allons observer comme un nouveau foyer » de la maladie, s’est-il félicité.

Si les États-Unis sont effectivement le pays ayant réalisé le plus de tests en valeur absolue, proportionnellement à leur population, plus d’une quinzaine de pays font mieux en matière de dépistage, notamment l’Islande, champion absolu, mais aussi l’Italie, l’Espagne et la Belgique, selon le site Our World in Data, qui compile les données du monde entier.

La Chine, d’où est partie l’épidémie en décembre et pays le plus peuplé au monde, ne recense officiellement que près de 83 000 cas de COVID-19, mais ce chiffre est selon beaucoup largement sous-estimé et Washington accuse ouvertement Pékin de mentir sur son bilan.

Trump envisage des tests du coronavirus sur les vols internationaux

Le président américain Donald Trump a confié mardi envisager l’imposition de tests systématiques de dépistage du nouveau coronavirus aux passagers débarquant aux États-Unis depuis des vols internationaux, en citant le danger posé par le Brésil.

« Nous allons probablement le faire. L’épidémie est assez virulente au Brésil », a justifié M. Trump, qui a précisé que la décision serait confirmée rapidement.

PHOTO ALEX EDELMAN, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

À la question de savoir si les voyageurs internationaux devraient se soumettre à un test médical ou à une simple prise de température, il a répondu : « Les deux ».  

Le président américain, qui a reçu mardi à la Maison-Blanche le gouverneur républicain de la Floride Ron DeSantis, a expliqué discuter de l’opportunité de la mesure avec d’autres hauts responsables, dont ceux des États qui ont également des échanges importants avec l’Amérique latine.

Donald Trump a précisé que les tests de dépistage interviendraient à l’embarquement dans les avions, et que par conséquent les compagnies aériennes étaient impliquées dans les discussions.