(New York) Quelle sorte de président se vante des cotes d’écoute de ses points de presse le jour même où le bilan des victimes d’une pandémie dépasse le cap des 16 000 dans son pays et où son gouvernement annonce 6,6 millions de nouvelles inscriptions au chômage ?

RICHARD HÉTU RICHARD HÉTU
Collaboration spéciale

Donald Trump, puisque c’est de lui qu’il s’agit, se voit reprocher son narcissisme depuis le début de sa présidence. Il n’est évidemment pas le premier dirigeant à manifester à la fois un sentiment de supériorité et un ego très fragile. Mais sa réaction sur Twitter à un simple éditorial du Wall Street Journal sur son comportement devant les caméras contribue à ramener un diagnostic plus grave encore dans le contexte actuel : le 45e président des États-Unis est « atteint d’un trouble de santé mentale » qui « met en danger des vies ».

L’heure est donc propice pour faire appel aux lumières de l’éminent psychiatre américain Allen Frances, qui a défini en 1978 les critères diagnostiques du trouble de personnalité narcissique et dirigé la 4e édition du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux), dit DSM. A-t-il changé d’opinion quant à savoir si Donald Trump est malade mentalement ?

Avant d’aller plus loin, un aperçu de ce qui se dit et s’écrit ces jours-ci dans les médias ou ailleurs sur la santé mentale de Donald Trump.

« Un sociopathe »

Brenda Lee, professeure de psychiatrie à l’Université Yale, est évidemment sur la brèche. En 2017, elle a organisé une conférence sur la santé mentale de Donald Trump et orchestré la publication d’un ouvrage collectif sur le même sujet, intitulé The Dangerous Case of Donald Trump.

Selon elle, la façon dont le président gère la pandémie prouve la conclusion des auteurs du succès de librairie : Donald Trump est « atteint d’un trouble de santé mentale qui le rend inapte » à la présidence.

Nous voyons lors de ses points de presse comment il est incapable de laisser simplement les experts médicaux parler. Il doit s’emparer du micro, orienter la discussion et dominer le débat, s’éloignant parfois très loin du coronavirus. Et ce sont là tous des symptômes pathologiques.

La psychiatre Brenda Lee lors d’une entrevue radiophonique diffusée le 8 avril

Sur son site internet, le magazine Vanity Fair a publié ce titre, le 20 mars : « Trump utilise sa conférence de presse sur le coronavirus pour confirmer qu’il est un sociopathe. »

Le 5 avril, la chroniqueuse du New York Times Jennifer Senior a ajouté son grain de sel en donnant raison à l’avocat conservateur George Conway, qui avait signé en octobre dernier un long essai dans le magazine The Atlantic visant à démontrer que Donald Trump souffre bel et bien du trouble de personnalité narcissique.

« La pathologie du président met en danger non seulement les institutions, mais également les vies », a-t-elle écrit.

Ni souffrant ni incapable

Allen Frances a lu l’essai de George Conway, dont le fil Twitter est un feu roulant de critiques à l’endroit de Donald Trump, auprès duquel sa femme, Kellyanne Conway, agit à titre de conseillère.

« Premièrement, je pense que George Conway rend un merveilleux service au pays en démasquant Trump et sa propre femme. Cependant, il n’en sait pas beaucoup sur le diagnostic psychiatrique », a déclaré le professeur émérite de psychiatrie de l’Université Duke lors d’un entretien téléphonique avec La Presse.

Autrement dit, Allen Frances n’a pas changé d’idée au sujet des psychiatres, amateurs ou non, qui se servent de ses critères du trouble de personnalité narcissique pour qualifier Donald Trump de malade mental. Dans une lettre publiée par le New York Times en 2017, il les a sermonnés en écrivant que le président « pouvait être un narcissique de classe mondiale, mais cela ne le rendait pas malade mentalement ».

Il avait précisé que Donald Trump ne manifestait aucun des deux traits indispensables à un diagnostic du trouble de personnalité narcissique, à savoir une souffrance personnelle ou une incapacité.

« Un mauvais génie »

Mais Donald Trump ne démontrerait-il pas justement une incapacité s’il perdait l’élection présidentielle de novembre prochain à cause de sa mauvaise gestion de la pandémie ?

« Vous voulez savoir si j’attribuerais sa défaite électorale à la maladie mentale plutôt qu’au fait qu’il est une personne stupide, horrible et maléfique ? Est-ce que c’est la question ?

– Si vous voulez…

– Nous pourrions attribuer sa défaite électorale à la stupidité, à l’égoïsme, à son incapacité à voir au-delà du mois prochain et à son indifférence pour les pertes humaines. Mais lorsque des personnes font des choses stupides et affreuses, même des choses autodestructrices, cela ne signifie pas qu’elles sont malades mentalement. »

Cela étant dit, Allen Frances ne serait pas surpris si, malgré la pandémie et la récession, Donald Trump décrochait un second mandat à la Maison-Blanche. Il ne voit peut-être pas le président comme un « génie stable » – qualificatif dont s’est lui-même affublé M. Trump –, mais il reconnaît en lui un « mauvais génie » doué d’un ascendant certain sur une partie importante de l’électorat américain.

« Il regarde sa cote de popularité, qui est en hausse depuis le début de la crise. Il se dit : “Ouah ! J’ai beaucoup de succès ! J’ai d’excellentes cotes d’écoute !” Son plus grand souci est comment cela le touchera. Il est complètement indifférent à la façon dont cela nuira aux dizaines de milliers de personnes qui pourraient mourir et aux dizaines de millions de personnes qui vivent une terrible détresse économique. Il voit la pandémie à travers un prisme très étroit : comment cela touche Donald Trump. »