(Montréal) Un journaliste américain a été victime d’une crise d’épilepsie qui a failli lui coûter la vie après avoir reçu un GIF stroboscopique sur Twitter.

Jean-Benoit Legault
La Presse canadienne

Selon ce que rapporte le Washington Post, le journaliste Kurt Eichenwald — qui discute ouvertement de son épilepsie en ligne — a reçu ce GIF en 2016, après s’en être pris au président Donald Trump sur Twitter.

Le GIF en question a fait apparaître sur son écran d’ordinateur des formes géométriques rouges, jaunes et bleues qui clignotaient agressivement derrière la phrase : «VOUS MÉRITEZ UNE CRISE (D’ÉPILEPSIE) POUR VOS COMMENTAIRES». Il aurait été immédiatement terrassé par une crise qui, selon lui, aurait pu le tuer si sa femme n’avait pas été à la maison à ce moment.

Le troll qui aurait perpétré cette attaque, John Rayne Rivello, sera de retour devant la justice en janvier, et il devrait à ce moment plaider coupable à des accusations de voies de fait graves.

«C’est un phénomène qui est bien connu, (mais) qui n’est pas fréquent parmi les personnes qui souffrent d’épilepsie, a expliqué Jean Gotman, un neuroscientifique du Neuro (l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal).

«Une petite portion des personnes qui souffrent d’épilepsie sont sensibles à une lumière de type stroboscopique qui active la partie visuelle du cerveau et qui est particulièrement sensible chez ces malades-là. On ne sait pas vraiment quel mécanisme transforme ces lumières clignotantes, pourquoi ça déclenche des crises d’épilepsie, mais c’est bien reconnu que ça arrive chez certains malades.»

La plupart des crises d’épilepsie ne sont pas provoquées par un déclencheur aussi net que dans ce cas-ci, a ajouté M. Gotman.

M. Eichenwald dit avoir gardé des séquelles de cette attaque, selon le Post : la moitié gauche de son corps serait partiellement paralysée et la médication qui lui permettait de mener une vie presque normale en contrôlant sa maladie ne serait plus efficace.

«C’est assez surprenant, a commenté M. Gotman. Dans des cas rares de crises répétées, […] ces situations-là peuvent laisser des séquelles. Une crise isolée, même si elle assez violente, comme ce qui semble avoir été le cas, c’est très rare que ça laisse des séquelles marquées, qu’un médicament qui a pu fonctionner avant ne fonctionne plus après. C’est étonnant, mais les cas sont tellement divers […] que c’est difficile à dire. […] Il a parlé d’une très grosse crise, peut-être que c’était plusieurs crises, je ne sais pas.»

M. Rivello est un ancien combattant de l’armée américaine qui est notamment appuyé par des organisations néonazies et suprémacistes. Des documents présentés au tribunal affirment qu’il savait que M. Eichenwald était épileptique et qu’il s’agissait d’une attaque antisémite.

La Fondation américaine de l’épilepsie a déposé de multiples accusations criminelles contre des gens qui auraient imité M. Rivello en envoyant des GIFs stroboscopiques à des épileptiques. Une trentaine d’incidents du genre auraient été décelés seulement sur Twitter ; l’avocat de M. Eichenwald les compare à l’envoi de poison par la poste ou à l’utilisation d’un laser pour éblouir un pilote.

En 2008, des pirates informatiques avaient infiltré un site internet de la Fondation américaine de l’épilepsie et mis en ligne des centaines de GIFs stroboscopiques, apparemment pour s’en prendre aux utilisateurs du site — dont plusieurs souffrent d’épilepsie. Le FBI avait alors fait enquête.