(Washington) Le Pentagone a suspendu temporairement mardi le programme d’entraînement des militaires saoudiens sur le sol américain après la fusillade de Pensacola, dans laquelle trois jeunes militaires américains ont été tués par un pilote saoudien.

Sylvie LANTEAUME
Agence France-Presse

L’entraînement opérationnel des militaires saoudiens reprendra à l’issue d’une révision des procédures de sécurité et de vérification des antécédents de tous les militaires étrangers actuellement formés aux États-Unis, a indiqué à la presse un haut responsable du Secrétaire américain à la Défense ayant requis l’anonymat.

Cette revue des procédures, ordonnée par le vice-secrétaire à la Défense David Norquist, devrait prendre de 5 à 10 jours, a précisé un autre responsable du Pentagone.

Cette suspension avait été réclamée par des élus républicains comme démocrates après qu’un membre de l’armée de l’air saoudienne a ouvert le feu vendredi avec une arme de poing dans une salle de cours de la base de Pensacola, en Floride, faisant trois morts et huit blessés avant d’être abattu par la police.

REUTERS

Mohammed Saeed Alshamrani

Il avait publié sur Twitter avant son attaque des messages hostiles envers les États-Unis, selon le groupe de surveillance des mouvements djihadistes SITE.  

« Le département de la Défense des États-Unis coopère étroitement avec le gouvernement saoudien pour répondre à cet incident », a souligné David Norquist dans une lettre aux chefs des services de l’armée américaine concernés par cette mesure, qui a été « approuvée » par Riyad.

PHOTO CLIFF OWEN, AP

L’attaque à la base de Pensacola a fait trois morts.

L’US Navy avait annoncé un peu plus tôt avoir suspendu l’entraînement des 303 militaires saoudiens en formation sur les bases navales de Pensacola, Whiting Field et Mayport, en Floride.

Pressions des élus

Les responsables du Pentagone n’ont pas été en mesure de préciser combien de militaires saoudiens au total sont entraînés sur le sol américain, mais ils ont indiqué que les États-Unis formaient actuellement quelque 5000 militaires étrangers sur des bases américaines.

Ils seront tous concernés par les changements de procédures de sécurité pour leur accès à l’entraînement et aux bases elles-mêmes.

Des centaines de militaires saoudiens suivent chaque année des formations au sein des forces armées américaines, illustration des liens forts qui unissent les deux pays alliés.

Dimanche, le sénateur républicain Lindsey Graham, un proche du président Donald Trump, avait estimé que ce programme devait « être suspendu » tant que la lumière n’aura pas complètement été faite sur les événements en Floride.

Les enquêteurs américains cherchent notamment à savoir si le tireur saoudien a agi seul.

« L’Arabie saoudite est un allié, mais il y a ici quelque chose de fondamentalement mauvais. Nous devons ralentir ce programme et le réévaluer », avait insisté M. Graham.

Un autre républicain, Matt Gaetz, qui représente au Congrès la Floride où a eu lieu l’attaque, avait lui aussi appelé à « mettre le programme en pause ».

« Nous ne devrions pas accueillir de nouveaux étudiants saoudiens tant que n’avons pas absolument confiance en notre processus de contrôle », avait-il expliqué.

Le secrétaire américain à la Défense Mark Esper a cependant défendu l’utilité de ce type de programmes.

« Nous disposons de quelque chose que n’ont pas nos adversaires potentiels, comme la Russie et la Chine », a-t-il souligné dimanche. « La possibilité de faire venir ici des étudiants étrangers pour s’entraîner avec nous, pour comprendre la culture américaine, nous est très importante afin de construire ces relations au long cours qui contribuent à notre sécurité ».