(Washington) Donald Trump a interdit jeudi à l’US Navy d’exclure de son unité d’élite, les Navy SEALs, un sous-officier qu’il vient de gracier, alors que la justice militaire l’avait déchu de son grade après l’avoir accusé de crimes de guerre.

Agence France-Presse

«La Navy ne va PAS retirer son Trident au Navy Seal Eddie Gallagher», a tweeté le président américain en référence au prestigieux insigne que portent les soldats des commandos de la Marine.

«Cette affaire a été très mal gérée depuis le début», a ajouté M. Trump au lendemain de l’ouverture d’une procédure administrative au sein de l’US Navy pour exclure Gallagher et trois autres Navy SEALs.

Un panel d’officiers devait se réunir le mois prochain pour décider si Edward Gallagher, dont le cas a notamment été défendu par la chaîne Fox News, très suivie par Donald Trump, peut rester au sein de cette unité très respectée de l’US Navy.

Ce panel devait donner son avis au chef des commandos de l’US Navy, le vice-amiral Collin Green, qui devait lui-même faire des recommandations à la direction de l’US Navy.  

Edward Gallagher avait été acquitté en juillet du meurtre d’un prisonnier adolescent lors d’une mission en Irak en 2017 et de deux tentatives de meurtre sur des civils irakiens à l’aide de son fusil de précision, ainsi que pour obstruction à la justice.

AP

Edward Gallagher

Il avait en revanche été reconnu coupable d’avoir posé à côté du corps du jeune homme en compagnie d’autres soldats, une photo de groupe de nature à «porter préjudice aux forces armées» d’après l’acte d’accusation, et dégradé d’un rang, une sanction qui réduisait sa solde et sa retraite.

La semaine dernière, M. Trump a gracié un ex-soldat condamné pour meurtre et un autre accusé d’avoir assassiné à l’arme blanche un taliban, en dépit des critiques d’anciens responsables militaires américains. Il a également annulé la décision de la justice militaire de rétrograder Edward Gallagher.

Cette nouvelle intervention du président dans les affaires internes de la Navy est «une attaque dévastatrice contre le professionnalisme de nos forces armées», a estimé sur Twitter un expert des affaires militaires au Council on Foreign Relations, Max Boot.