(Washington) «La presse dans ce pays est dangereuse!» : Donald Trump s’est dit furieux mardi des spéculations sur son état de santé, à la suite d’une visite impromptue ce week-end dans un hôpital militaire proche de Washington.

Agence France-Presse

Le président américain, 73 ans, s’est rendu samedi à l’hôpital Walter Reed pour, selon les termes de la Maison-Blanche, «entamer sa visite médicale annuelle». Cette visite, qui n’avait pas été annoncée à l’avance, et qui intervient neuf mois seulement après la précédente, a suscité des interrogations.

«Je suis allé passer une visite médicale. Je reviens et ma femme me dit : “Chéri, ça va? Que se passe-t-il? Ils disent que tu as peut-être eu une crise cardiaque”», a raconté M. Trump à l’occasion d’une réunion à la Maison-Blanche avec les membres de son gouvernement.  

REUTERS

Le cortège présidentiel à son arrivée samedi au Walter Reed National Military Medical Center, à Bethesda, dans le Maryland.

«J’étais là-bas peu de temps, la routine, j’ai fait une partie (de la visite médicale), le reste aura lieu en janvier», a-t-il poursuivi, avant de lancer une diatribe contre les médias.

«Ces gens sont malades! La presse dans ce pays est dangereuse! Nous n’avons pas de liberté de la presse dans ce pays, nous avons l’opposé! Nous avons des médias corrompus et j’espère qu’ils vont se ressaisir parce que c’est très très mauvais et très très dangereux pour notre pays».

Le médecin de la Maison-Blanche a publié dimanche soir un communiqué affirmant que, «en dépit de certaines spéculations», M. Trump n’avait pas ressenti de douleur à la poitrine, et n’avait été ni diagnostiqué ni traité pour des problèmes «urgents ou aigus».

Lors de son précédent examen en février, le docteur Sean Conley avait établi que son célèbre patient était «en très bonne santé».