(Washington) Le président des États-Unis Donald Trump se rendra début décembre à Londres pour participer au sommet de l’OTAN et à la réception donnée à cette occasion par la reine Élisabeth II au Palais de Buckingham, a annoncé vendredi la Maison-Blanche.

Agence France-Presse

Le sommet organisé au Royaume-Uni les 3 et 4 décembre pour les 70 ans de l’OTAN se tiendra dans un golf de luxe près de Londres.

Donald Trump se trouvera donc en Grande-Bretagne dans les derniers jours de la campagne des législatives anticipées du 12 décembre, cruciales sur la question du Brexit. Il n’a pas caché dans le passé son soutien au premier ministre conservateur Boris Johnson, auquel il a promis un « magnifique » accord commercial après la sortie de l’Union européenne, même s’il s’est récemment montré plus réservé par le contrat de divorce négocié par son « ami » avec Bruxelles.  

Début juin, le milliardaire républicain s’était déjà retrouvé à Londres dans une phase cruciale de la politique britannique, juste avant la démission de la première ministre Theresa May, qu’il n’avait cessé de tacler dans les mois précédents. Il en avait profité pour courtiser les candidats à sa succession, Boris Johnson en tête.

Lors du sommet de l’OTAN, le président américain devrait, selon la Maison-Blanche, saluer les « progrès sans précédent réalisés par l’Alliance pour mieux partager le fardeau financier, avec notamment plus de cent milliards de dollars de nouvelles dépenses de défense depuis 2016 ».

Donald Trump estime que c’est le fruit de son insistance à demander aux autres pays occidentaux de contribuer davantage, ce qui a provoqué certaines tensions, par exemple avec l’Allemagne, considérée par Washington comme le mauvais élève en termes d’effort militaire.

« Soixante-dix après sa création, l’OTAN demeure l’alliance avec le plus grand nombre de succès à son actif dans l’Histoire, garantissant la sécurité, la prospérité et la liberté de ses membres », a souligné la présidence américaine dans un communiqué, alors que l’attachement de Donald Trump à cette organisation a souvent semblé vacillant.